« Nous savons que l’équipe est solide et que nous irons encore plus loin dans le futur. »

Comment s’est déroulée votre prise de fonction ?
La transition a été relativement facile. Je connaissais les deux sites et de nombreuses personnes. Tout s’est donc passé assez simplement. Une montagne de travail nous attend et je ne me fais aucune illusion. Mais nos débuts n’en ont pas moins été extrêmement positifs.

Quelles sont les prochaines étapes de votre feuille de route ?
Nous sommes en train de redonner des ressources à Enstone. Il est clairement indiqué dans notre plan que nous devons y parvenir en deux ans. À ce jour, nous sommes environ 470 et ce chiffre doit tendre vers 650 à l’avenir. Cela nous prendra plus de dix-huit mois pour y arriver. Concernant Viry, nous sommes plus dans une opération de restructuration pour harmoniser et adapter l’organisation à celle d’Enstone en vue du futur. En parallèle, nous travaillons sur le design de la voiture tout en tenant compte de nos priorités. Nous devons vérifier où se situent les gains les plus importants pour 2017… tout en pensant déjà à 2018. C’est un processus qui nécessite de l’anticipation pour atteindre nos fins, mais dans le même temps nous devrons démontrer des progrès dans tous les domaines.

Quel type de personnel recherchez-vous ?
Le recrutement vise à constituer la combinaison parfaite de talents. Nous avons autant besoin de sang jeune que de personnes plus expérimentées. Il faut parvenir au juste équilibre en évitant de précipiter parce qu’une personne est disponible ou parce que nous avons une case à remplir. À nous de trouver la bonne recette.

Le premier fruit du travail commun entre Enstone et Viry n’est autre que la voiture vue en piste. Quelles sont les conclusions que vous avez pu tirer des essais ?
La première, la plus évidente, est que nous possédons une équipe forte et dévouée, capable de construire une voiture en très peu de temps ! Nous n’avons évidemment pas atteint le summum de l’intégration auquel nous aspirons. Nous y arriverons. Nous savons avant tout que l’écurie est solide et nous permettra d’aller toujours plus loin dans le futur. Nous sommes en bonne forme. À Barcelone, nous avons pu effectuer des contrôles approfondis avec une voiture similaire à celle qui courra à Melbourne. Nous étions agréablement surpris. Si nous sommes en retrait sur l’aérodynamique et la puissance, elle est bien équilibrée, stable et idéale en vue du développement. Nous n’avons pas perdu beaucoup de temps en cherchant l’équilibre. Nous sommes donc très confiants sur notre capacité à être rapidement dans le rythme. Si nous pouvions nous glisser dans le top dix à Melbourne, nous serions assez satisfaits.

Que changerez-vous sur la voiture à l’avenir ?
Nous devons répartir les ressources tout en nous améliorant dans chaque domaine. Cela dit, c’est beaucoup plus facile d’y parvenir avec une voiture bien équilibrée, car la ‘vraie’ performance vient de cet aspect et de la facilité de conduite. Nous y avons déjà fait de bons pas en avant dans ce domaine. Nous devons désormais concentrer nos efforts là où ce sera le plus payant.

Retour en haut