C’est à Nogaro qu’a été donné le coup d’envoi de la Coupe de France Renault Clio Cup 2015. Milan Compétition a réalisé le week-end parfait avec les victoires de Xavier Fouineau et Marc Guillot, qui dominent le classement général, devant Nicolas Milan, monté deux fois sur le podium.

Comme traditionnellement, c’est dans le cadre des Coupes de Pâques de Nogaro que s’est déroulé le premier meeting de la Coupe de France Renault Clio Cup. Après les séances d’essais libres du vendredi, la journée de samedi était consacrée aux quali cations. Sur une piste allant en s’asséchant en début de matinée, Marc Guillot et Nicolas Milan se disputaient la pole, Guillot emportant nalement la décision.

Nicolas Milan se mettait en évidence dans l’après-midi en prenant la pole de la course 2, au cœur d’une séance très disputée, à l’issue de laquelle les cinq meilleurs se tenaient en moins d’un dixième de seconde ! Et, avec 17 voitures regroupées dans la même seconde, cette séance lançait parfaitement une saison promettant d’être relevée.

C’est sous le soleil dominical que s’élançait le peloton lors de la première course. En pole, Marc Guillot prenait un départ idéal, devant Nicolas Milan et Benoît Castagné. Mais, au troisième tour, ce dernier lâchait prise pour ressortir en 16e position. Plus loin, Veenesh Shunker réalisait un excellent début de course, en remontant au quatrième rang, avant de craquer au huitième tour.

En tête, Marc Guillot prenait la fuite devant Nicolas Milan, avant celui-ci ne se fasse doubler par Xavier Fouineau. Parti douzième, Mickaël Carrée se montrait lui aussi très véloce, grignotant des positions tour après tour, jusqu’à s’immiscer dans le top 5, derrière Jean-Philippe Ligier.

Au bout des seize tours, Marc Guillot s’imposait devant Xavier Fouineau et Nicolas Milan pour un triplé de Milan Compétition. Jean-Philippe Ligier se classait quatrième, devant Mickaël Carrée et Jérémy Curty, lui aussi auteur d’une belle remontée. Paul Paranthoen s’imposait chez les Gentlemen.

Le lundi, c’est une piste surchau ée et baignée de soleil qui accueillait de nouveau le plateau de la Coupe de France Renault Clio Cup. En pole, Nicolas Milan se faisait surprendre par Jérémy Curty. Au deuxième tour, Milan compétition comptait ainsi quatre voitures en tête, Curty devant Milan, Fouineau et Guillot. Teddy Clairet (Clairet Sport) occupait la cinquième position devant deux autres Clio Cup de Milan Compétition, celles de Pascal Arellano et Rafael Villanueva.

Le peloton de tête restait inchangé et Jérémy Curty semblait se diriger vers la victoire devant ses coéquipiers. Mais, après avoir abordé le dernier tour, la Clio Cup n°69 déjaugeait, perdant beaucoup de vitesse. Nicolas Milan parvenait à l’éviter mais devait ralentir lui aussi. La manœuvre pro tait à Xavier Fouineau, qui passait en tête devant Nicolas Milan et Marc Guillot. Jérémy Curty, après s’être relancé, terminait sixième derrière Teddy Clairet et Pascal Arellano. Milan Compétition plaçait six de ses voitures dans les sept premiers. Chez les Gentlemen, Paul Paranthoen l’emportait à nouveau.

Au terme de cette première manche, la performance des frères Teddy et Jimmy Clairet est à signaler. Pour leurs débuts en Clio Cup, et après avoir dominé en 2014 une autre formule monotype, ils ont parfaitement et rapidement passé le cap de l’adaptation. Teddy Clairet est même quatrième du classement général de la Coup de France, derrière trois pilotes Milan Compétition.

Au classement général, c’est en e et Xavier Fouineau, auteur de deux podiums dont une victoire, qui prend les commandes (83 points), devant ses coéquipiers Marc Guillot (79) et Nicolas Milan (72).

S’il a marqué peu de points dans le Gers, le jeune Jérémy Sarhy a étonné par sa maturité. Âgé de 15 ans, venu du Karting, il n’est pas passé inaperçu dans le paddock. Avec une 17e puis une 14e place, non sans avoir gagné plusieurs positions, le lycéen a pris rendez-vous pour l’avenir, ayant montré de très belles dispositions.

La prochaine manche de la Coupe de France Renault Clio Cup se tiendra au Mans, du 1er au 3 mai, dans le cadre du GT Tour.

Retour en haut