Le tout premier roulage de Clio R.S.16 a lieu le vendredi 1er avril, sur le circuit de Montlhéry. Grâce à l’important travail de simulation effectué en amont, la voiture révèle d’emblée un bon équilibre. L’autre motif de satisfaction concerne la température du groupe motopropulseur, conforme au cahier des charges initiales.

Les bancs à rouleaux climatiques du Centre Technique de LardyC’est après ce déverminage que la mise au point du groupe motopropulseur débute. Au Centre Technique de Lardy, des essais sur bancs à rouleaux climatiques permettent de valider l’adaptation des différents paramètres. Pour assurer le timing, toujours très serré, cette opération est assurée par les ingénieurs qui avaient effectué la mise au point de Mégane R.S. 275 Trophy-R : Jean-Sébastien Robert et Frédéric Laurent.

Dix jours après les premiers tours de roues de Clio R.S.16, la mise au point et la convergence de l’agrément de conduite débutent sur les pistes du Centre Technique d’Aubevoye. Sur ce site confidentiel et stratégique situé en Normandie, Clio R.S.16 côtoie les prototypes des futures Renault.

Deux voitures ont été construites au sein de la cellule Avant-Projet : la Jaune Sirius sera le concept-car révélé à Monaco, tandis que la Noir Profond fait office de ‘mulet’ pour les essais de développement.

La monte de pneumatiques Michelin Pilot Sport SP2 a été décidée dès le début du projet. Aussi cette première séance peut être directement consacrée aux réglages mécaniques des trains. À la façon d’une équipe de course, les différentes options sont passées en revue : raideur de ressorts, valving et butées d’amortisseurs, barres antiroulis…

« Le circuit d’Aubevoye permet de travailler près de notre base des Ulis, dans de bonnes conditions et avec une totale confidentialité », explique David Praschl, le pilote de développement de Clio R.S.16. « Nous avions choisi un tracé combinant l’ensemble des difficultés : un tronçon accidenté pour travailler sur la verticalité, des grandes courbes pour tester la tenue de route, une épingle pour vérifier la motricité… Nous avons également emprunté l’anneau de vitesse pour étudier la stabilité à plus de 200 km/h… »

Lors de cette première séance d’essais, les membres de la cellule Avant-Projet sont également présents, pour vérifier la pertinence de leurs choix et anticiper de futures évolutions. En parallèle, les motoristes analysent des giga-octets de données pour vérifier le bon fonctionnement et les performances du 2.0 turbo…

Après trois jours de roulage intensif, le mulet fait son retour aux Ulis, pour un démontage et une vérification complète des organes. Le 28 avril, une seconde séance d’essais permet de figer la définition technique, après avoir peaufiné les derniers détails.

Les sensations au volant

« Au volant, Clio R.S.16 s’est vite révélée très dynamique grâce aux qualités de son châssis et des pneus Michelin », détaille David Praschl. « L’augmentation du couple est bien encaissée par le train avant à pivot indépendant, mais cela ne constitue pas une surprise car c’est une technologie développée par Renault Sport depuis une dizaine d’années. S’il fallait comparer Clio R.S.16 avec Mégane R.S. 275 Trophy-R, je dirais que l’inertie est moindre sur Clio. C’est logique, puisque la voiture est plus compacte. Elle est donc plus facile à prendre en main par tous les types de conducteurs. L’agilité et la progressivité de Clio R.S.16 me rappellent la Clio III Cup, qui était une voiture très appréciée des pilotes en compétition. Elle est également très sûre grâce à sa stabilité et à l’efficacité de son freinage. Il y a vraiment de quoi s’amuser à son volant ! Maintenant, il faut taquiner le chronomètre pour prouver qu’il s’agit de la plus performante des Renault Sport… »

Le début d’une histoire

En révélant son concept-car sur le circuit du Grand Prix de Monaco et avec Kevin Magnussen – pilote Renault Sport Formula One Team – au volant, Renault Sport souligne la vocation de Clio R.S.16 : rouler, que ce soit sur piste ou sur route !

D’ailleurs, les voitures qui l’accompagnent sur le circuit sont autant de modèles mythiques de Renault Sport qui ont suscité la passion du pilotage à travers les générations : Renault 5 Turbo, Clio V6, Renault Sport Spider, Mégane R.S. R26-R et Mégane R.S. 275 Trophy-R.

Après cette première apparition publique, le prochain rendez-vous est fixé en Grande-Bretagne, lors du Festival of Speed de Goodwood (23-26 juin).

La conception de Clio R.S.16 symbolise également une nouvelle façon de travailler entre les équipes Renault Sport Cars dédiées à la série et celles de Renault Sport Racing dédiées à la compétition.

Retour en haut