Les World Series by Renault ont fait leur rentrée ce week-end à Aragón en Espagne. L’occasion pour le champion en titre de Formula Renault 3.5 Series de revenir sur son ascension en Formule 1.

6 mois après votre titre en Formula Renault 3.5 Series, dans quel état d’esprit êtes-vous pour votre retour sur les World Series by Renault ?
J’ai souvent vécu de bons moments à Motorland Aragón. Je reviens avec un plaisir d’autant plus fort que j’avais remporté la course ici même l’an dernier. La ferveur du public reste unique. Les World Series by Renault constituent une famille avec laquelle je suis heureux de rester en contact.

Quel est le meilleur souvenir que vous gardez de vos courses en Formula Renault 3.5 Series ? Et le pire ?
Sans conteste, l’un de mes meilleurs souvenirs est d’avoir gagné ici, à la maison. Plus tard dans la saison, mes deux victoires sur le circuit Paul Ricard en France restent un instant inoubliable. Elles m’avaient alors donné un avantage déterminant pour la suite du championnat. Mais il est vrai que courir dans son pays reste toujours des moments à la saveur particulière, de joie ou de déception comme à Jérez. Je voulais remporter la course, mais une intoxication alimentaire a contrarié mes plans ! Moscou restera aussi un week-end à oublier !

Motorland Aragón 2014

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes pilotes ?
L’envie de piloter ne suffit pas. Il faut bien évidemment travailler dur en permanence, s’appliquer pour progresser dans tous les registres du pilotage, des réglages, de la préparation… En ce sens, les World Serie by Renault constituent une excellente filière de formation pour avancer et espérer accéder à la F1. La Formula Renault 3.5 Series apporte les fondamentaux du métier de pilote.

Courrez-vous toujours le matin des courses avec votre père sur les circuits ?
Mon père reste toujours présent à mes côtés, que se soit dans la vie comme dans la compétition. Naturellement, je gère mes décisions aujourd’hui de manière plus autonome. Mais il y a une confiance réciproque entre nous, tout comme avec l’équipe Torro Rosso. Il est reconnu pour ses compétences naturelles de metteur au point. Il apprécie échanger avec les mécaniciens. A chaque étape de ma carrière, ses conseils sont toujours précieux.

Si vous n’étiez pas pilote au sein de la Scuderia Toro Rosso, que seriez-vous devenu ?
J’ai toujours été intéressé par le business. J’aurais aimé développer une activité en Espagne, probablement avec mon père autour du karting à Madrid. Découvrir de nouveaux secteurs d’activités avec des amis me plairait aussi. Je n’ai pas le temps aujourd’hui, mais dans une 2e vie, la perspective de devenir business man me conviendrait bien ;)


Renault Sport R.S. 01
Carlos Sainz au volant de la Renault Sport R.S. 01 !
Après ses premiers tours de roue au volant de la F1 Infiniti Red Bull Racing sur le tracé de Motorland Aragón, le pilote espagnol a découvert le pilotage de la Renault Sport R.S. 01 lors des World Series by Renault. Une prise en mains qui a séduit Carlos Sainz. « Je suis agréablement surpris des performances de la voiture. Son comportement est agréable et efficace. » Après quelques boucles du circuit, l’ex-champion de Formula Renault 3.5 Series ne boudait pas son plaisir. « L’efficacité du freinage, l’appui aérodynamique et la motricité constituent les points forts de la voiture. Les ingénieurs de Renault Sport ont créé un prototype redoutable en piste et plaisant à piloter. » Un concentré de technologie qui devrait donner naissance à Spa-Francorchamps à « une compétition passionnante. »

Retour en haut