Le Grand Prix de Hongrie est dans le rétro et quatre semaines nous séparent désormais de celui en Belgique. Pour la communauté de la F1, le mois d’août est donc le moment rêvé pour lever le pied.

Même si aucune règle n’oblige les équipes à cesser toute activité pendant une si longue période durant l’été, un gentleman agreement leur permet de profiter d’une trêve méritée pendant deux semaines consécutives sur les quatre du break estival. En revanche, chaque structure est libre de fermer ses portes à sa guise. Certaines ont choisi les deux premières, d’autres celles du milieu, mais l’essentiel demeure le même pour tous : savourer ses vacances. Les emails sont prohibés, les téléphones portables coupés, les serveurs éteints…
La règle ne s’applique toutefois pas totalement pour certains membres du personnel F1. Dans les départements communication ou marketing, par exemple, des manifestations ou rencontres avec les sponsors et les médias peuvent en effet nécessiter de rester fidèle au poste. Mais c’est également le cas pour les logisticiens, qui doivent organiser les prochaines courses ou évènements, le personnel administratif ou celui dédié à la sécurité. Les fournisseurs - dont les motoristes - n’entrent pas non plus dans ce cadre et peuvent poursuivre leurs opérations.

« Renault Sport F1 n’est pas un team : nous pouvons donc continuer notre activité si nous le souhaitons. Le calendrier a été très chargé jusqu’à présent et plusieurs concepteurs-projeteurs vont mettre à profit ce break pour prendre des vacances et souffler un peu. Renault Sport F1 restera cependant officiellement ouvert. Environ 35% de notre effectif sera ainsi à pied d’œuvre quotidiennement, explique le Directeur des Opérations Rémi Taffin.
En alternant la pause de chacun, nous nous sommes assurés d’une productivité optimale. D’importantes évolutions sont attendues pour la deuxième partie du championnat et nous pouvons ainsi maintenir notre rythme de développement afin que nos écuries partenaires profitent de gains de performance notables sur le reste de la saison. Nous avons d’ores et déjà franchi un cap et les résultats enregistrés en Hongrie démontrent que nous sommes sur la bonne voie. Même si cela ressemble pour beaucoup à des vacances, je peux vous assurer que nous ne relâchons nos efforts à aucun moment.

La Belgique n’est pas le rendez-vous le plus facile pour reprendre du service et nous débuterons notre préparation dès la semaine précédant le Grand Prix. Les bancs tourneront à plein régime et les ingénieurs commenceront à déterminer les réglages à tester pour optimiser la performance sur le tracé de Spa. C’est bien de pouvoir profiter auparavant d’un repos salvateur. Beaucoup de courses nous attendent durant la dernière ligne droite de la saison et nous avons plusieurs objectifs ambitieux à atteindre ».

Retour en haut