Arrivée en 2005 dans le paysage du sport automobile, la Formula Renault 3.5 Series s’est rapidement imposée comme l’antichambre idéale de la F1 grâce à un ratio compétitivité-coûts jamais égalé. Durant onze saisons, la catégorie a mené de nombreux talents aux plus hauts niveaux en dévoilant la qualité de sa formation.


2005 – 2007 : LES PIONNIERS

S’inspirant des plus grands événements de sport automobile, Renault Sport lançait en 2005 les World Series by Renault, un concept rapidement adopté par les acteurs du sport, les médias et surtout le public.

Clou du spectacle en piste, un bolide construit par Dallara, équipé d’un V6 Renault de 425 chevaux et baptisé Formula Renault 3.5. Au volant de cette « petite F1 », Robert Kubica s’imposait au terme de la première saison. Impressionnant lors de son invitation aux tests du Renault F1 Team, le Polonais rejoignait l’élite peu après avant de remporter un Grand Prix.

Au palmarès, Alx Danielsson et Alvaro Parente lui succédaient. Le Suédois est désormais actif au sein du Championnat du Monde de Rallycross tandis que le Portugais est devenu pilote officiel McLaren en GT, vainqueur en FIA GT Series puis champion dans la catégorie GT3 de l’International GT Open.


2008 – 2011 : LA CONFIRMATION

2008 : nouvelle monoplace et nouveau moteur V6 de 480 chevaux ! Profitant de la nouvelle donne, Giedo van der Garde confirmait ses prédispositions pour rouler en F1 avant d’être longtemps confiné au rôle de réserviste. Le Néerlandais obtenait sa chance cinq ans plus tard avec Caterham puis Sauber.

Bertrand Baguette prenait sa relève en s’imposant en 2009. Traversant l’Atlantique pour tenter sa chance en IndyCar Series, le Belge a connu la consécration en 2013 en remportant le Trophée Endurance du FIA WEC et les 24 Heures du Mans en LMP2. Toujours éclectique, Bertrand Baguette est désormais actif en Super GT et en Super Formula Japan.

En 2010 et 2011, Carlin menait Mikhail Aleshin puis Robert Wickens au sacre. Pour le Russe, l’équipe britannique lui renouvelait sa confiance en GP2 Series, mais une blessure et un manque de budget mettaient un frein à sa carrière. Parti en IndyCar Series en 2014, il s’offrait un podium avant de participer au développement de la BR Engineering BR01 en European Le Mans Series.

Soutenu par le Marussia Virgin Racing, le Canadien avait plus de réussite en disputant la première séance d’essais libres du Grand Prix d’Abu Dhabi puis en étant recruté par Mercedes. Présent en DTM depuis 2012, Robert Wickens s’est imposé à trois reprises dans la discipline, terminant cinquième en 2013.


2012 – 2015 : LA PERFORMANCE

L’arrivée de Nouvelle Formula Renault 3.5 en 2012 redistribuait à nouveau les cartes au sein de la discipline. Désormais équipée d’un V8 de 530 chevaux, elle permettait à Robin Frijns de réaliser un exploit jamais égalé : être couronné en tant que rookie l’année suivant son sacre en Eurocup Formula Renault 2.0. Engagé comme réserviste par Sauber et Caterham, le pilote Fortec Motorsports rongeait son frein avant d’échouer de justesse dans la quête du titre en Blancpain Sprint Series en 2015.

En 2013 et en 2014, l’équipe DAMS imposait sa domination sur la catégorie avec Kevin Magnussen puis Carlos Sainz. Après une saison de découverte, le jeune espoir de McLaren confirmait avec panache. Promu en F1 dans la foulée, il signait un podium dès son premier Grand Prix mais McLaren ne lui renouvelait pas sa confiance en 2015. Un destin différent pour Carlos Sainz, qui avait la mission d’être titré pour préserver ses rêves de F1. Un an plus tard, l’Espagnol atteignait son objectif en étant titularisé au sein de la Scuderia Toro Rosso en 2015.

L’histoire retiendra enfin que le dernier champion de la Formula Renault 3.5 Series était Oliver Rowland. Pur produit des formules de promotion organisées par Renault Sport et guidé dans sa carrière par la Racing Steps Foundation, le Britannique battait tous les records pour être sacré avec Fortec Motorsports. Si son avenir reste à concrétiser, Oliver Rowland croisera le fer avec Robin Frijns ce week-end en Formula E ! L’un sera présent avec Mahindra Racing, l’autre chez Andretti.


UNE SOURCE INEPUISABLE DE TALENTS

Au fil de ses onze années d’existence, la Formula Renault 3.5 Series n’a cessé de participer à l’émergence de nouveaux talents. Parmi eux, on retrouve le quadruple Champion du Monde de F1 Sebastian Vettel et les vainqueurs Pastor Maldonado et Daniel Ricciardo.

De leur côté, Markus Winkelhock, Kamui Kobayashi, Karun Chandhok, Jérôme d’Ambrosio, Pastor Maldonado, Charles Pic, Jaime Alguersuari, Jean-Éric Vergne, Jules Bianchi, Roberto Merhi, Will Stevens et Alexander Rossi ont tous accédé à l’élite du sport automobile. Stoffel Vandoorne, Sergey Sirotkin, Pierre Gasly ou encore Nyck de Vries pourraient être les prochains à les rejoindre s’ils rencontrent plus de succès que Davide Valsecchi, un temps réserviste chez Lotus F1 Team.

Présent en Formula E, Oliver Turvey a connu la gloire en Endurance en s’imposant en LMP2 lors des 24 Heures du Mans 2014. Un domaine où le meilleur rookie 2007, Filipe Albuquerque, se distingue également en sa qualité de pilote officiel Audi. Enfin, les deux anciens adversaires Will Power et Simon Pagenaud s’illustrent désormais au plus haut niveau en faisant équipe au sein du légendaire Team Penske en IndyCar Series.

Renault Sport adresse ses vœux de réussite à RPM Racing pour que l’avenir de la catégorie soit aussi riche de succès que les onze dernières années !

Retour en haut