Renault Sport Formula One Team a disputé les toutes premières qualifications du Grand Prix d’Europe organisé sur le circuit urbain de Baku. Kevin Magnussen s’est montré le plus rapide des deux pilotes pour une infime marge. Kevin a signé un effort en 1’46’’348, devançant Jolyon Palmer pour 46 millièmes de seconde. Tous deux s’élanceront de la onzième ligne demain pour la course de 51 tours.

Kevin Magnussen - R.S.16-01 n°20 - Q : 21e 1’46’’348 - EL3 : 16e 1’47’’024
« La séance a été simple puisque nous ne sommes tout simplement pas assez rapides ici. Nous avons réalisé en EL3 que nous n’avions pas le rythme même si la voiture était assez agréable à piloter. Nous avons alors essayé quelque chose de différent sur les réglages. En fin de compte, c’était bien de tenter. Cela a amélioré la monoplace dans certains domaines, mais pas dans d’autres. Nous savions que cette saison serait difficile à certains moments, et nous sommes clairement dans l’un de ceux-là ! Nous avons un plan pour l’avenir et c’est ce à quoi nous travaillons tous. Certes, la journée n’a pas l’air géniale, mais nous apprenons sans cesse et cela donnera ses fruits. »

Jolyon Palmer - R.S.16-02 n°30 - Q : 22e 1’46’’394 - EL3 : 18e 1’47’’158
« Le potentiel est là pour faire beaucoup mieux, mais c’était peine perdue aujourd’hui. Mon deuxième relais était vraiment bon, mais j’ai dû couper mon effort en raison des drapeaux jaunes. Hélas, j’ai fait une erreur sur mon dernier tour lancé, laissant alors échapper environ une demi-seconde, et je n’ai pas eu d’aide sur la ligne droite des stands, ce qui coûte quelques dixièmes supplémentaires. Nous aurions pu être bien plus rapides. C’est un tracé difficile, vraiment amusant à piloter et je l’apprécie jusqu’ici. Nous avons tout à faire demain, donc voyons ce qu’il se passera. »

Alan Permane, Directeur des Opérations Piste
Éviter les problèmes et continuer d’attaquer

Comment se sont passées les qualifications pour l’équipe ?
Pas génial. Nous sommes arrivés en ne sachant pas à quoi nous attendre sur cette fantastique nouvelle piste. Malheureusement, nous avons appris que ses caractéristiques sont très éloignées de ce dont nous avons besoin pour extraire les meilleures performances de notre voiture.

Quelle était l’approche des qualifications ?
Nous avons identifié en EL3 un couple de réglages qui offraient tous deux des gains sur un tour. Nous les avons alors essayés sur chaque monoplace. Hélas, même s’ils étaient différents, le résultat sur les temps au tour était essentiellement le même.

Y a-t-il un espoir de salut pour la course demain ?
En sport automobile, il ne faut jamais jeter l’éponge et nous allons chasser la moindre opportunité. Nous avons vu aujourd’hui en GP2 Series qu’il pouvait y avoir une course d’usure, et nous devons nous assurer d’être à l’arrivée. Si nous avons une course propre avec nos deux voitures qui attaquent à chaque tour, les chances d’obtenir un résultat plaisant existent toujours.

Retour en haut