Tout en étant concentré sur la seconde partie de saison, qui débutera à Spa-Francorchamps, Frédéric Vasseur, Team Principal, revient sur les bons et mauvais points d’Hockenheim.

Quels sont les aspects positifs que vous retenez du Grand Prix d’Allemagne ?
L’équipe est maintenant dans une phase de progression. Lors de la course, nous nous battions avec Haas et Toro Rosso. Cela démontre que notre niveau global s’est amélioré. Toutefois, nous avons fait une erreur de stratégie qui nous coûte une ou deux places. Nous avons fait deux arrêts – ce qui n’était pas un problème en soi – mais pas au bon moment. Quoi qu’il en soit, il y a beaucoup de positif à retenir, avec l’accession en Q2 de Jolyon ou notre capacité à jouer au-dessus de notre niveau en course. Nous devons continuer à nous battre avec le même état d’esprit et en adaptant notre stratégie pour continuer à progresser.

Qu’aimeriez-vous voir en seconde partie de la saison ?
Si nous considérons les deux ou trois dernières courses, nous voyons que nous progressons, mais aussi que nous devons être encore plus concentrés sur les moindres détails. Nous devons porter un soin particulier au set-up et à la stratégie, pour nous assurer que nous ferons un meilleur travail que lors des épreuves précédentes. Nous devons également comprendre un peu mieux le fonctionnement des pneumatiques. C’est un point sur lequel nous avons beaucoup travaillé lors des deux ou trois derniers Grands Prix et nous devons poursuivre dans cette voie. Nous progressons sur la grille, mais notre rythme en course est toujours un peu meilleur qu’en qualifications. Cela signifie que nous devons être plus efficaces le samedi. Nous allons dans la bonne direction mais il faut encore trouver deux ou trois dixièmes. Nous y parviendrons en progressant sur cette somme de petits détails.

Quand pouvons-nous attendre une décision sur les pilotes 2017 ?
Cette question nous sera posée jusqu’à ce que nous annoncions les pilotes, et peut-être même encore après ! Pour le moment, notre priorité est de tirer le meilleur de la voiture. Nous avons deux pilotes motivés ; alors la seconde partie de saison, sert à affiner nos attentes et voir où nous en sommes. En réalité, nous ne prendrons pas de décision avant septembre car nous n’avons pas le temps pour cela ! Mais la balle est dans notre camp et nous ferons notre choix lorsque nous serons prêts.

Retour en haut