Après Montréal et avant Silverstone, l’Autriche est le deuxième d’une série de trois circuits rapides avec des virages à haute vitesse.

« Les longues lignes droites reliées par des freinages appuyés font grimper le pourcentage de pleine charge sur un tour. Avec l’altitude, ces différents éléments en font un circuit très exigeant pour les Power Units.

Grâce aux évolutions apportées depuis le début de saison, nous savons que le Renault Energy F1 est maintenant suffisamment robuste pour affronter ce genre de défi. La dernière course au Canada représentait déjà un très sérieux test et nous l’avons passé sans problème. En revanche, nous sommes conscients qu’il faut désormais nous concentrer sur la performance et extraire le maximum de notre potentiel. C’est évidemment un objectif à plus long terme, et nous avons fait des progrès certains dans de nombreux domaines.

Nous savons que cette piste ne mettra pas nos atouts en valeur, mais nous devons travailler avec nos partenaires pour extraire le maximum de notre package actuel, châssis comme moteur, et nous devons être prêts à profiter de toutes les opportunités. »

Retour en haut