"Sous bien des aspects, Monaco est un circuit unique. Chacun a sa préférence, qu’il s’agisse de l’ambiance, du tracé du circuit ou de la lutte acharnée en course, mais pour nous autres motoristes, le défi consiste à se concentrer sur des composants moteur ou des logiciels différents de ceux sur lesquels nous travaillons habituellement."

« Pour Monaco, nous explorons des cartographies et des réglages favorisant la « driveability » ainsi que la performance à bas régime et à faible vitesse.

La vitesse moyenne est la moins élevée de l’année et les virages sont si serrés que la puissance importe peu. Par contre, il faut une bonne stabilité au freinage et un moteur qui offre une réponse optimale en sortie de virages. C’est la raison pour laquelle on peut effectuer un travail très spécifique et adopter des réglages que l’on n’utilisera plus par la suite. C’est absolument nécessaire car le moins centième de seconde peut vous faire perdre plusieurs places sur la grille et on connaît l’importance de la position de départ sur ce Grand Prix.

Monaco est un véritable challenge pour tout le monde et nous allons travailler étroitement avec Red Bull et Toro Rosso pour optimiser la performance.
Tout peut arriver à Monaco et il faut être prêt à saisir la moindre opportunité qui se présentera. »

Retour en haut