Renault Sport Formula One Team s’est qualifié aux dix-neuvième et vingtième positions du Grand Prix Gulf Air de Bahreïn après l’élimination des deux pilotes en Q1 sur le Circuit International de Sakhir. Si Jolyon Palmer luttait avec l’équilibre de sa voiture, Kevin Magnussen n’effectuait qu’un seul tour lancé suite à la pénalité l’obligeant à prendre le départ depuis la voie des stands après avoir manqué la pesée lors des EL2.

Kevin Magnussen, n°20, R.S.16-02. Q : 19e - 1’33’’181. EL3 : 12e – 1’33’’617.
« Je n’ai fait qu’un tour de qualifications pour économiser nos pneus en vue du Grand Prix et le peloton est assez dense autour de nous en ce moment. Sans la pénalité, nous aurions abordé normalement l’exercice et pu être en mesure de faire aussi bien qu’à Melbourne. D’après notre rythme, nous pourrons atteindre le milieu du classement demain, mais la course sera longue et beaucoup de choses peuvent se produire. Nous ferons du mieux que nous pouvons. Je veux en profiter et espérer de bonnes surprises ! »

« Je m’élancerai depuis la voie des stands après avoir manqué la pesée de la FIA en EL2. J’ai vu la lumière rouge qui indiquait l’arrêt, mais je pensais qu’elle était destinée à Daniil Kvyat. Elle l’était également pour moi, mais je l’ai mal compris. J’ignorais que deux voitures pouvaient être retenues au même moment. Quand Daniil [Kvyat] s’est arrêté, j’ai ralenti au cas où l’on me ferait signe. Cela n’a pas été le cas, mais ils nous voulaient tous les deux. C’est désormais fait, c’est arrivé, et concentrons-nous donc sur les préparatifs de la course. »

Jolyon Palmer, n°30, R.S.16-01. Q : 20e - 1’33’’438. EL3 : 20e – 1’34’’424.
« L’équipe a fait du bon travail. Nous avons évité la première élimination et sur le plan opérationnel, nous avons une bonne compréhension des qualifications. Nous nous y sommes attaqués du mieux que nous le pouvions, mais le rythme n’y était finalement pas. À Melbourne, notre rythme de course était bien meilleur que notre performance en qualifications, donc espérons que le même phénomène se reproduise de manière amplifiée. Je vise une course solide pour remonter le plus haut possible. Il est plus facile de dépasser ici qu’à Melbourne donc nous allons tenter le coup. Tout peut arriver. »

Alan Permane, Directeur des Opérations Piste
Rester à l’affût

Parlez-nous de la séance des deux pilotes.
Ce n’était pas une bonne session pour nous. Kevin avait déjà une pénalité, et il débutera le Grand Prix depuis la voie des stands. Nous n’avions besoin de faire qu’un tour avec lui, ce qu’il a fait proprement, avant d’économiser le plus de pneus possible afin de maximiser ses chances en course demain. Jolyon a malheureusement rencontré des difficultés. Il a lutté lors des EL3 et nous avons modifié quelques réglages avant les qualifications, mais il avait toujours du mal avec la voiture. Nous allons étudier tout cela attentivement ce soir pour comprendre ce qu’il s’est passé puisqu’il semblait plus à l’aise hier.

Les qualifications d’aujourd’hui ont-elles été difficiles pour l’équipe ?
Nous savions que des moments difficiles nous attendraient cette année avec le lancement tardif du projet. Aucun de nous ne veut se qualifier vers le fond de la grille et cela ne correspond clairement pas à nos objectifs. Nous avons le potentiel de remonter en course. Nous n’avons pas peur de l’immense travail que cela requiert et tout le monde à Enstone et à Viry travaille très bien ensemble. Nous sommes impatients de faire des progrès et de voir nos efforts payer avec de meilleures performances et de meilleures positions sur la grille.

Qu’est-il possible de faire demain ?
Bahreïn est une course difficile, marquée par une forte dégradation pneumatique. La gestion des pneus sera la clé et c’est un domaine où nous sommes raisonnablement bons. Nous ferons donc tout notre possible pour remonter dans la hiérarchie. Nous allons nous y atteler et travailler dur pour être préparés au mieux et livrer une course aussi solide que possible.

Retour en haut