Kevin Magnussen a mené l’assaut pour Renault Sport Formula One Team jusqu’au bout du Grand Prix des Etats-Unis, franchissant la ligne d’arrivée aux portes des points, en onzième position. Dix-huitième sur la grille, Kevin était parti pour une stratégie à un seul arrêt, mais le déroulement de la course le conduisait à effectuer deux, puis finalement trois changements de roues. Après la course, il recevait une pénalité de cinq secondes pour être classé douzième. Jolyon Palmer terminait treizième après avoir opté pour une stratégie à deux arrêts.

- Kevin a débuté la course depuis la 18e place avec un train de Pirelli neufs à gomme tendre. Il s’est arrêté au 13e tour pour un nouveau train de tendres, avant de passer sur des médiums neufs au 27e tour. Il a terminé la course avec des super tendres neufs, chaussés lors d’un troisième et dernier arrêt au 43e tour.
- Jolyon était 15e sur la grille, avec des pneus tendres neufs. Il a marqué son premier arrêt au 15e tour pour passer un nouveau train de gommes tendres neuves, avant d’effectuer un second pitstop au 26e tour pour passer des médiums neufs.

Kevin Magnussen – R.S.16-04 n°20 – Grille : 18e – Arrivée : 11e – Classé : 12e
« Nous avons pris le départ en pensant n’effectuer qu’un seul arrêt. Mais nous avons vite réalisé qu’il ne s’agirait pas de la meilleure option et nous sommes passés sur une stratégie à deux, puis trois arrêts. L’usure des pneus était plus importante que prévu, mais cela m’a permis de m’amuser en fin de course, lorsque la voiture était en gommes super tendres. Je n’avais jamais pris autant de plaisir au volant cette saison et j’ai pu attaquer jusqu’au drapeau à damiers. Ce résultat est correct compte tenu de notre résultat en qualifications. La pénalité est frustrante, mais cela fait parfois partie de la course. »

Jolyon Palmer – R.S.16-05 n°30 – Grille : 15e – Arrivée : 13e
« Je n’ai pas pris un bon départ et cela m’a malheureusement coûté quelques places. Kevin en a notamment profité pour passer et je me suis retrouvé dans sa boîte de vitesses pendant les deux tiers de la course. Nous éprouvions vraiment des difficultés à rester dans le sillage des autres voitures. Même si j’étais plus rapide, je ne pouvais pas m’approcher suffisamment pour passer et c’était très frustrant ! J’aurais pu essayer une manœuvre audacieuse, mais ce n’est jamais très malin de se faire ça entre équipiers. À la fin, j’ai surchauffé mes pneus en essayant de dépasser et cela m’a contraint à temporiser. »

Frédéric Vasseur, Team Principal
« J’ai deux sentiments à l’issue du Grand Prix d’aujourd’hui. Je suis satisfait que nous ayons réussi à adapter notre stratégie en fonction de l’évolution de la course. Toutefois notre rythme n’était pas aussi constant que ce que nous aurions aimé. Lors du premier relais, nous ne semblions pas progresser alors que les deux voitures alignaient de bons temps compte tenu de l’état respectif de leurs pneus. Nous serons très vigilants sur ce point lors de notre analyse de la course, pour comprendre comment nous pouvons mieux exploiter les opportunités dans le futur. Nous terminons aux portes des points, alors que c’est dans le top 10 que nous voulons être. »

Retour en haut