Il y a un an, Alain Prost offrait à Renault Sport R.S. 01 son premier baptême public sur le Circuito de Jerez. Ce week-end, le Renault Sport Trophy achèvera sa première saison sur le même tracé. Si les titres en Endurance et en Prestige sont déjà attribués, la catégorie Élite doit encore livrer son verdict. Trois pilotes batailleront pour obtenir un rookie test avec l’équipe officielle Nismo en Super GT.

Les concurrents du Renault Sport Trophy ont rejoint l’Andalousie pour leur dernier rendez-vous de l’année et une finale explosive entre les trois meilleurs pilotes de la nouvelle formule de promotion du Losange.

Andrea Pizzitola aux commandes


Avec sa première victoire en Sprint Élite, Andrea Pizzitola a fait la bonne opération au Mans.

Malgré son sans-faute à Spa et au Hungaroring, Steijn Schothorst a vu Andrea Pizzitola lui ravir les commandes du classement général au terme du rendez-vous manceau. Ayant fini toutes les courses dans le top cinq, le Montpelliérain de 23 ans possède une légère avance.

« ‪Au Mans, l’équipe a fait un travail fantastique pour que nous puissions prendre la tête du championnat », se réjouit le Français, habitué des formules de promotion organisées par Renault Sport Technologies. « Nous sommes dans une situation idéale, mais le but est évidemment de la conserver dimanche soir. Nous avons eu un peu de malchance avec la fiabilité en début d’année, mais le titre a toujours été l’objectif. Nous avons démontré que nous pouvions être réguliers, performants et fiables. »‬‬

L’heure de la consécration serait-elle enfin arrivée pour le pilote ART Junior Team qui s’est lancé dans le Renault Sport Trophy après trois saisons d’Eurocup Formula Renault 2.0 ?

« J’évolue dans les compétitions de Renault depuis mes débuts en Clio Cup », se remémore l’ancien rival de Matthieu Vaxiviere et Pierre Gasly à l’Autosport Academy. « Les championnats sont relevés et on se sent bien entouré et valorisé. Il est grand temps d’y remporter un titre ! »

Steijn Schothorst veut reprendre la main

Néanmoins, le plus mauvais résultat de la saison sera décompté à l’issue de la finale, et le Néerlandais pourrait en profiter puisqu’il a déjà abandonné deux fois alors que le Français a terminé toutes ses courses dans les points.

Leader jusqu’au Mans, Schothorst voudra inverser la tendance face au Français. Après avoir célébré son vingt-et-unième anniversaire mercredi, le pilote de l’Equipe Verschuur tentera de reproduire sa prestation de l’an passé. Il y avait devancé son équipier d’alors sur les deux courses organisées à Jerez.


Andrea Pizzitola et Steijn Schothorst faisaient équipe ensemble chez Manor MP Motorsport l’an passé en Eurocup Formula Renault 2.0.

« C’est la dernière manche de la saison et je vais tout donner pour pouvoir décrocher le titre », affirme celui qui partage sa monture avec son père. « Nous avons fait une mauvaise opération au Mans avec notre casse mécanique, mais la performance a toujours été là. Comme toujours, nous viserons la première marche du podium. »

Steijn Schothorst a l’occasion d’être le premier de sa famille à remporter un titre sur les World Series by Renault. Il y a trois ans, son cousin – et concurrent aujourd’hui - Bas avait fini deuxième de l’Eurocup Mégane Trophy au terme d’une finale débridée à Barcelone. Si le Néerlandais joue gros ce week-end, il a toujours cru en ses chances après trois campagnes en Formula Renault 2.0.


Steijn Schothorst a confiance en ses chances.

« J’ai assisté à mon premier meeting des World Series by Renault en 2008. Mon père pilotait et j’étais trop jeune pour le faire. Nous partageons désormais la même Renault Sport R.S. 01 et je peux remporter le titre. Pour être honnêtes, nous savions d’entrée que nous pouvions viser le sacre en Élite. La saison avait parfaitement débuté avant une baisse de régime, mais nous allons rebondir au meilleur moment ! »

Si la concurrence sera féroce entre Andrea Pizzitola et Steijn Schothorst, un troisième homme espère bien profiter de la situation pour tenter d’obtenir un baquet dans l’un des championnats les plus prestigieux au monde.

David Fumanelli en outsider

Puisque les pilotes Élite auront la charge de se qualifier pour l’Endurance, le classement intermédiaire de l’épreuve en duo offrira autant de points que l’ultime course Sprint. Cinquante unités seront donc en jeu à Jerez. Troisième au général, David Fumanelli (Oregon Team) visera le carton plein pour s’emparer de la couronne sur le fil.


Avec Dario Capitanio, David Fumanelli peut offrir le grand chelem à Oregon Team. Les deux hommes ont déjà assuré deux couronnes au team italien.

Vainqueur avec Dario Capitanio de la première victoire puis du premier sacre de l’histoire du Renault Sport Trophy, l’Italien sera libéré de toute pression puisque son partenaire est titré en Prestige. Après son premier succès en Sprint Prestige au Mans, David Fumanelli compte poursuivre sur sa lancée afin d’atteindre son objectif : le rookie test avec l’équipe officielle Nismo en Super GT.

« Nous avons été très compétitifs au Mans alors que je n’y avais jamais piloté », se réjouissait Fumanelli dans la Sarthe. « Les deux titres en ont fait un week-end très émouvant et presque parfait car j’ai tout donné en Élite. Il y avait un grand déficit face à Steijn, mais nous avons eu un peu de chance avec son abandon. Nous pouvons encore revenir ! Même si je connais mieux Jerez, ce sera difficile… Mais je n’ai rien à perdre ! »


David Fumanelli a effectué de nombreux essais à Jerez au cours de sa carrière. Un avantage qui pourrait faire la différence.

« Je veux jouer le titre », poursuivait Fumanelli. « Obtenir la première victoire à Spa nous a donné confiance, mais nous n’avons pas toujours pu concrétiser même si nous avons tout ce qui est nécessaire pour atteindre cet objectif. Au Mans, la voiture était très performante puisque Dario et moi avons remporté les deux courses Sprint. Nous travaillerons forts avec toute l’équipe pour atteindre le même niveau à Jerez. »

Dix pilotes qui peuvent changer la donne

Face aux trois challengers, les outsiders Indy Dontje (ART Junior Team), Nicky Pastorelli (V8 Racing) et Luciano Bacheta (Oregon Team) tenteront de briller. José Manuel Perez Aicart (Monlau Competicion), Meindert van Buuren (V8 Racing), Bas Schothorst (Zele Racing), Alan Hellmeister (Oregon Team), Nelson Panciatici (Monlau Competicion) et Miguel Ramos (Equipe Verschuur) donneront tout pour réaliser un coup d’éclat, tout comme l’ancien pilote de Formule 1 Christian Klien (Zele Racing).

Retour en haut