En se rendant sur la finale de sa première saison, Jolyon Palmer s’apprête à passer toute la nuit dans les courbes de Yas Marina...

Quelle est votre motivation pour la dernière de l’année ?
C’est un sentiment agréable puisque tout est réglé pour 2017 et je vais poursuivre avec Renault Sport Formula One Team. J’ai toutes les bonnes raisons de conclure l’année avec un beau résultat avant de travailler dur cet hiver et de revenir plus fort que jamais l’an prochain.

Que pensez-vous de Yas Marina ?
Je connais très bien la piste pour y avoir accompli beaucoup de tours en GP2 Series. J’y ai eu mon tout premier essai en F1 avec Force India, puis, hélas, seulement quelques boucles en EL1 l’an dernier avec Lotus F1 Team. C’est un circuit magnifique et un superbe endroit pour finir la saison. Le glamour et piloter de nuit sont des petits plus vraiment magiques.

Chemical Brothers, Lionel Richie ou Rhianna ?
Lionel Richie, ‘all night long’.

À quel point les conditions étaient-elles rudes au Brésil ?
C’était extrêmement difficile ! Je partais seizième, donc il y avait beaucoup de projections devant. Nous nous sommes retrouvés en queue de peloton pour la deuxième reprise après un pitstop. La visibilité était vraiment médiocre. Je ne voyais rien. Il y avait tellement d’eau sur la colline menant à la ligne droite des stands que la monoplace était tout le temps en aquaplanage. Les incidents étaient nombreux tant c’était un véritable défi de rester en piste. C’était vraiment dommage de percuter Daniil Kvyat, mais il était trop tard quand je l’ai vu.

Quelles sont vos impressions pour 2017 ?
Je suis vraiment très heureux de continuer avec l’écurie, d’autant qu’il s’agira de ma troisième année à Enstone. J’ai beaucoup appris cette année et je crois que ma seconde moitié de saison a été assez solide. J’aime travailler avec chaque membre de l’équipe et je suis convaincu que nous irons loin à l’avenir.

Comment jugeriez-vous votre relation avec Kevin en 2016 ?
Kevin est un garçon agréable, un excellent pilote et travailler avec lui est amusant. Nous avons bien travaillé ensemble cette année dès que nous avons su qu’il faudrait attaquer pour extraire le maximum de la voiture. Il fera de belles choses chez Haas et j’ai hâte de l’affronter dans ses nouvelles couleurs l’an prochain.

Que pensez-vous du duo de l’équipe pour 2017 ?
Je suis évidemment très heureux d’une bonne moitié ! Il me tarde de connaître Nico comme je n’en ai pas encore eu l’occasion. Je n’ai entendu que du positif à son sujet et je fais confiance aux choix de l’écurie pour 2017 et plus tard. C’est un pilote très estimé et bosseur. Nous devrions donc former un beau duo.

Vous faites partie de l’équipe depuis 2015. Quelles différences avez-vous vues cette année ?
Cette année, on a vraiment l’impression d’être une structure beaucoup plus grosse tout en ayant le sentiment d’appartenir à une entité bien plus grande. La somme de ressources et d’investissements se ressent vraiment. Renault est revenu pour être aux avants postes. On peut vraiment percevoir l’effervescence tant à l’usine qu’en piste, même si la saison a été difficile sur le plan des résultats. Tout le monde donne vraiment tout pour tirer pleinement parti de ce dont nous disposons, le tout en posant les fondations pour l’avenir.

Quels sont vos projets pour l’intersaison ?
J’ai quelques semaines chargées pour terminer l’année après Abu Dhabi. Ce sera ensuite Noël à la maison et le Nouvel An en Thaïlande. Entre tout cela, j’ai beaucoup d’entraînements prévus, mais j’ai vraiment hâte de profiter d’une bonne pause après vingt-et-une courses cette année.

Que pouvez-vous dire sur la prochaine voiture ?
J’ai vu le modèle en soufflerie. Elle a l’air géniale ! Elle sera superbe et rapide, pour l’avoir pilotée au simulateur. Le nouveau règlement est évidemment le même pour tous et nous ne saurons pas où nous nous situons face à nos rivaux avant d’être en piste à Barcelone. Néanmoins, les vitesses sont plus élevées, le pilotage est plus difficile et je pense qu’un spectacle magnifique nous attend en 2017.

Retour en haut