Jolyon Palmer vise un bon résultat dans une ville détendue.

À quoi pensez-vous sur la route de Montréal ?
J’y étais présent l’an dernier et j’ai vu à quel point cette ville était cool. Elle fait partie de celles qui accueillent véritablement la F1 en son sein donc j’ai hâte d’y retourner. La piste en elle-même est géniale avec de nombreuses occasions de dépassements. De belles courses y ont eu lieu dans le passé et c’est donc excitant de s’y rendre pour y courir la première fois.

Ce sera mon premier week-end avec la spécification B du groupe propulseur. Elle semble avoir fait une bonne différence à Monaco. Le Canada est un circuit plus sensible à la puissance, et si c’était déjà un pas positif à Monaco, cela devrait certainement nous aider à Montréal.

La nouvelle cartographie moteur paraît clairement avoir été bénéfique et l’on a besoin d’une excellente traction en sortie des virages lents au Canada. Il y a également plus de puissance, donc tout va bien de ce point de vue !

Nous devrions être bien plus compétitifs. Nous ferons tout ce que nous pouvons pour maximiser la monoplace en piste et attaquer de bout en bout comme d’habitude !

Qu’est-ce qui a mal tourné à Monaco ?
Nous avons analysé les données et il semble que ce soit la faible adhérence sur les lignes blanches du passage clouté qui ont fait patiner mes roues lors de l’accélération. La voiture a été projetée sur le côté et j’ai heurté les barrières de sécurité. C’était le mauvais endroit au mauvais moment. Si j’ai eu quelques ecchymoses sur les pieds, ce sont plutôt mon ego et ma R.S.16 qui ont souffert.

Depuis Monaco, je suis allé à Enstone pour passer du temps au simulateur et offrir quelques tours de clés pour aider à la construction du nouveau châssis… Je suis très reconnaissant pour l’ensemble du travail accompli sur les circuits ainsi qu’à Enstone et à Viry et j’ai clairement eu ma part de dégâts à Monte-Carlo.

En dehors de la piste, la semaine monégasque est vraiment dense et vous n’en ressentez les effets qu’après. Lundi soir, j’ai dormi quatorze heures d’affilée pour récupérer tant j’étais épuisé ! Le week-end est vraiment cool, mais tellement chargé ! On commence un jour plus tôt, puis il n’y a pas de roulage vendredi et l’on participe à toutes sortes inhabituelles activités telles que la présentation de la Clio R.S. 16 qui était vraiment super.

Retour en haut