Tout en visant une fin de saison positive, Jolyon Palmer espère que les enchaînements rapides d’Interlagos le propulseront dans les points.

Vous avez réalisé une prestation solide au Mexique. Cela vous servira-t-il au Brésil ?
Je me sens bien pour le Brésil. Nous devrions simplement y poursuivre la bonne dynamique de cette seconde moitié de saison. C’était dommage de manquer les qualifications la dernière fois. Nous aurions pu démontrer une amélioration sensible et obtenir l’une de mes meilleures places sur la grille, mais nous nous sommes rattrapés le dimanche. Cela fait désormais longtemps que le rythme de course est bon, celui en qualifications l’est de plus en plus. Nous avons eu des batailles décentes avec les McLaren au Mexique, donc je crois que nous pouvons être assez confiants au moment d’aller au Brésil.

Interlagos ne devrait donc pas présenter de difficultés ?
La voiture s’améliore à chaque manche, je pilote assez bien et j’en tire de plus en plus. Avec cela et le fait que le Brésil est un beau circuit, j’espère un week-end positif.

Que pensez-vous de la piste ?
J’y ai effectué les EL1 la saison dernière. Je découvrais la voiture, mais j’avais vraiment apprécié. Le tracé est intéressant et j’y étais assez compétitif. C’est un circuit mythique possédant une atmosphère fantastique. Avec le sens inverse des aiguilles d’une montre, les gauches rapides sont nombreux et nous n’avons pas l’habitude ! J’aime bien les deux premiers virages formant les Esses de Senna. C’est un bel enchaînement, idéal pour dépasser, mais il est aussi facile de bloquer en bout de ligne droite avec l’entrée du virage en dévers. Au freinage, la roue à l’intérieur est particulièrement déchargée au moment d’entamer le gauche. Si vous parvenez à bien le négocier, l’avantage face à un rival peut être décisif. Et je me rappelle de nombreuses éditions passionnantes dans le passé. Je me souviens du titre d’Hamilton acquis dans le dernier virage ou la course de 2012 où Vettel s’était imposé.

Il reste encore deux rendez-vous, qu’espérez-vous y obtenir ?
La saison est passée si vite. Nous devons tout simplement tout donner. J’aimerais à nouveau finir dans les points avant la fin de l’année. Je vais donc attaquer pour cela tout au long des deux dernières épreuves.

Y a-t-il quelque chose à São Paolo que vous aimeriez voir ou faire ?
Je n’ai pas beaucoup vu la ville l’an dernier, mais j’adore le Brésil, notamment la ferveur de la foule. Ils semblent toujours apporter une belle ambiance festive. Le pays est également réputé pour sa nourriture et ses boissons. J’irai probablement manger un steak, mais après la course !

Retour en haut