Étant donné le nombre de fois où il a piloté à Silverstone, Kevin Magnussen considère presque le Grand Prix de Grande-Bretagne comme sa manche à domicile…

Que pensez-vous de Silverstone et du Grand Prix de Grande-Bretagne ?
Il s’agit d’un de ceux que j’attends avec impatience. L’ambiance y est géniale avec tous ces fans toujours débordants d’enthousiasme pour la course. On peut ressentir cette excitation tous les matins. Hélas, il n’y a aucun Grand Prix du Danemark, donc je considère celui-ci presque comme mon Grand Prix national. Tant d’écuries de F1 basées à moins d’une heure de Silverstone que beaucoup d’équipes et de pilotes en font de même. Et c’est ce qui le rend si particulier.

Et au sujet du circuit ?
Les virages rapides sont énormes, en particulier Maggots et Becketts. La façon dont vous devez piloter donne vraiment l’impression d’être au volant d’une F1. Son rythme est tout aussi intense et une foule nombreuse vous encourage généralement. On y trouve de bonnes opportunités de dépassement et l’on ne sait jamais quelle surprise la météo britannique peut réserver.

Quels sont vos meilleurs souvenirs de Silverstone ?
J’y ai couru à plusieurs reprises, mais plus particulièrement en 2011. J’y ai signé la pole, le meilleur tour en course et la victoire en F3 britannique. Un an plus tard, j’ai eu un podium et une victoire en Formula Renault 3.5. Ce sont de bons souvenirs. J’y ai également marqué des points en F1 en 2014 et recommencer cette saison nous ravirait.

Quelle est l’approche pour cette course ?
Nous nous rendons toujours sur un circuit en visant le meilleur résultat possible. L’Autriche a montré que la monoplace n’était pas aussi mauvaise qu’elle en avait l’air lors des dernières courses en ville, où il ne fait pas de secret que nous avons eu du mal. Le timing de la voiture de sécurité ne nous a pas aidés et je n’ai pas pu attaquer jusqu’à l’arrivée, mais de façon globale, je pense que nous sommes assez bien placés pour Silverstone.

Retour en haut