Ancien pilote de Formule 1, Derek Warwick joue un rôle important dans les coulisses de la Renault Sport Academy en étant le mentor d’Oliver Rowland. Ce week-end, Derek était également le commissaire-pilote de la FIA pour le Grand Prix de Bahreïn.

Avant le rendez-vous bahreïni, Derek s’est rendu à Enstone pour détailler sa relation avec Oliver et ses pensées sur les défis qui attendent Renault Sport Formula One Team.

Ayant porté les couleurs de Renault et de Toleman, Derek est particulièrement bien placé pour offrir ses conseils. Sa carrière en F1 l’a vu prendre le départ à 147 reprises entre 1981 et 1993.

Quelle est votre relation avec Oliver ?
Tout a commencé lors du McLaren Autosport BRDC Young Driver of the Year dont je préside le jury. J’ai senti qu’Oliver était spécial et j’ai été de plus en plus impliqué dans son programme avec la Racing Steps Foundation et la MSA. Dès lors, je l’ai pris sous mon aile.

C’était il y a quatre ans. Depuis, il est devenu de plus en plus fort et a dominé la Formula Renault 3.5 Series la saison passée. Il était juste incroyable, battant tous les records pour être sacré et illustrant toute la confiance que nous avions placée en lui.

On peut me voir comme son mentor. Nous nous disons tout. Je lui apporte une certaine sagesse retirée de mes erreurs, mais honnêtement, il est actuellement bien en avance sur moi et c’est désormais le cas depuis quelque temps. Je tente de m’accrocher !

Que pensez-vous du programme d’Oliver avec Renault Sport Racing ?
C’est la dernière pièce du puzzle. L’idée qu’Oliver ait l’occasion d’impressionner des personnes-clés chez Renault Sport pour déboucher sur de nouvelles opportunités me plait. Nous savons que notre objectif principal est le GP2. Vers le milieu de la saison, Renault Sport regardera où il en est au championnat et de nouvelles portes pourraient alors s’ouvrir. Intégrer l’Academy est un pari sur l’avenir.

Quels sont les objectifs en GP2 ?
Cette année, Oliver sera avec MP Motorsport. L’équipe n’a pas une longue histoire dans la catégorie, mais nous croyons pouvoir beaucoup leur apporter et gagner des courses avec eux. Beaucoup de travail attend Oliver, mais grâce au soutien de Renault Sport et de la Racing Steps Foundation, nous espérons créer la surprise.

Vous avez visité Enstone avec Oliver. Quelles ont été vos impressions sur l’usine ?
C’était la première fois que je me rendais à Enstone puisque quand je pilotais pour Toleman, l’écurie était basée à Witney. J’ai été surpris tant par la concentration de l’équipe que ses installations. S’engager sur les neuf prochaines saisons est incroyable et je sais qu’ils ne relâcheront rien jusqu’à ce qu’ils s’imposent. Après ma visite d’Enstone, je pense qu’ils possèdent tous les ingrédients pour refaire de Renault Sport une équipe de pointe. Ils ont beaucoup d’éléments nécessaires, mais aussi les bonnes personnes, les bonnes ressources, la bonne attitude et le bon budget. Il y a beaucoup de travail pour rattraper la concurrence puis la dépasser. Même si cela ne devrait pas être le cas cette année, si l’on considère les ambitieux projets en matière de personnel et d’évolutions, l’équipe pourrait être en mesure de jouer les podiums en 2017. Elle dispose de deux pilotes fantastiques cette année. Jolyon est l’un des pilotes les plus offensifs que j’ai pu voir et la seconde jeunesse de Kevin Magnussen va ajouter un peu de piquant.

Vous avez piloté pour Renault dans les années 1980. Quels en sont vos meilleurs souvenirs ?
J’ai passé deux années avec Renault en 1984 et en 1985. Ce furent les années les plus fantastiques de ma vie. C’était la première fois que je pilotais pour une écurie officielle. Elle était alors basée à Viry. Malheureusement, je n’y suis pas retourné depuis, mais je suis impatient de m’y rendre avec Oliver durant l’année. Renault a joué un rôle important dans ma carrière et j’espère que ce sera également le cas d’Oliver.

Allons-nous vous retrouver sur les circuits cette année ?
Je serai présent sur certaines manches du GP2 avec Oliver, mais je serai aussi le commissaire-pilote de la FIA sur plusieurs Grand Prix, dont Bahreïn, le Canada, la Grande-Bretagne et la Malaisie.

Retour en haut