Sebastian Vettel, pilote et champion du monde 2011 avec Red Bull Racing Renault, et Rémi Taffin, directeur des activités piste de Renault Sport F1, donnent leurs points de vue sur le Grand Prix d’Abou Dhabi.

L’avis des pilotes :

Sebastian Vettel, Red Bull Racing

J’ai d’excellents souvenirs d’Abu Dhabi, pour des raisons évidentes. Cette année, il sera bon d’y retourner et d’en profiter pleinement. Le circuit de Yas Marina est une piste très moderne avec très peu de virages rapides, mais regroupe des virages serrés à angle droit dans le dernier secteur et de longues lignes droites suivies d’épingles à cheveux dans le secteur deux. Le moteur a donc besoin d’être bon à tous les régimes. Nous devons avoir une bonne Vmax pour la ligne droite d’1,2 km mais aussi de la maniabilité pour les courbes finales. Renault Sport F1 a fait un excellent travail sur ce type de configuration de circuit cette année, je suis confiant sur le fait de pouvoir disposer de la puissance et des reprises nécessaires quand on en aura besoin.

L’avis des ingénieurs :

Rémi Taffin, directeur des activités piste de Renault Sport F1 donne son point de vue sur Abu Dhabi

Le circuit de Yas Marina est une piste de style très moderne, avec principalement des virages lents à moyennement rapides, de longues lignes droites et des virages serrés en épingle à cheveux. Seulement 55% de la piste se passe à pleine charge, avec des vitesses moyennes de l’ordre de 190 km/h, ce n’est donc pas massivement contraignant pour les moteurs RS27. Néanmoins, cela reste un circuit difficile à appréhender correctement pour un ingénieur moteur en raison des nombreux facteurs externes qui nécessitent une gestion attentive.

La consommation de carburant, par exemple, est une des plus élevées de l’année. La nature de la piste, succession de freinages et d’accélérations brutales, en particulier dans le secteur final, signifie que le taux de consommation est particulièrement élevé, mais la forte pression atmosphérique due au fait de se trouver au niveau de la mer augmente encore ce taux. Yas Marina rejoint Melbourne en termes de niveau de carburant embarqué au départ de la course.

Le refroidissement est une autre préoccupation majeure ici. Les températures ambiantes sont élevées pendant la journée (environ 28 ° C) mais plus fraiches pendant la nuit (environ 19 ° C), ce qui nécessite potentiellement deux réglages différents. Cependant, puisque la course commence de jour pour se terminer après le coucher du soleil, un compromis doit être trouvé en termes de paramétrage.

Il n’y a plus que deux Grands Prix à courir cette saison et nous sommes assez satisfaits de notre gestion des moteurs clients cette année. Pour ces courses finales, nous serons en mesure d’installer de nouvelles unités pour chacun de nos pilotes, ce qui procure un peu plus de souplesse à nos partenaires. Il reste encore quelques points à glaner !

Retour en haut