Inside, dans les coulisses des World Series by Renault, Anthony Leblanc est responsable technique des Formula Renault 3.5 Series. Un rôle essentiel à l’équité du championnat.

Sur les circuits comme dans le département Compétition de Renault Sport Technologies des Ulis (Essonne), le chronomètre tourne pour Anthony Leblanc. « Sur chacun des meetings, nous apportons une assistance technique aux équipes engagées en Formula Renault 3.5 Series. » En charge des relations avec les teams, « Notre objectif est de permettre à toutes les voitures d’être sur la grille de départ… et qu’elles soient à l’arrivée », poursuit Anthony. Interlocuteur privilégié de l’ensemble des acteurs des Formula Renault 3.5 Series, il compose avec les particularités culturelles des équipes européennes engagées. Des conseils en matière d’exploitation qui s’appuient aussi sur le service compétition de Dieppe.
Aux côtés d’une dizaine d’ingénieurs, Anthony veille à l’équité et à la fiabilité des monoplaces Formula Renault 3.5 en lice cette saison en World Series by Renault. « C’est le fil conducteur de notre action. » Une obsession qui devance la seule quête de la performance pure.

Des passerelles techniques avec la F1 et la Formule E
Analysées, auscultées, télémétrées, chaque week-end les voitures livrent leurs secrets. A l’affut de la moindre contrariété mécanique, électrique ou aérodynamique des monoplaces des champions de demain, le responsable entame sa 6e saison en World Series by Renault. Une expertise née au sein du service relation clientèle dédié aux véhicules de série de la gamme R.S.
Sur tous les fronts, Anthony Leblanc assure en marge des courses le développement technique des machines. Fruit des études de Renault Sport et de ses partenaires spécialisés, elles reposent sur Dallara pour le châssis en carbone, et Gibson Technology pour la motorisation V8. « Pour faire vivre le championnat, nous devons faire évoluer régulièrement leurs performances. » Les passerelles se multiplient alors avec les équipes de Renault Sport F1, au point d’initier parfois des solutions techniques avant même la Formule 1 et la Formule E. « La Formula Renault 3.5 Series doit permettre aux pilotes d’appréhender les technologies qui sont utilisées en F1. Elle doit conserver son rôle de formation », rappelle Anthony Leblanc.

« La passion fédère nos équipes »
Afin d’accroitre le spectacle et de favoriser les dépassements, les équipes de Renault Sport déploient cette saison le low-down force. La solution réduit de 35% la charge aérodynamique des monoplaces. « Nous avons dû expliquer l’intérêt de notre choix aux teams et les rassurer sur son impact en piste, notamment en terme de sécurité. » Au cœur de la réussite du championnat, le responsable technique travaille également à la compatibilité des systèmes informatiques des monoplaces avec les émetteurs TV. L’enjeu est de permettre aux diffuseurs d’afficher lors des retransmissions des courses, des données liées au freinage, à la vitesse, ou encore à la position de la pédale d’accélérateur.
Des séances d’essais hivernaux aux côtés du pilote Kevin Magnussen -champion 2013 en Formula Renault 3.5 Series- à la compétition, le sport-mécanique guide chaque pas d’Anthony Leblanc. « Nous avançons tous ensemble dans la même direction. La passion fédère nos équipes et permet de se dépasser. »

Retour en haut