L’Autodrome des Frères Rodriguez est un circuit à moyenne et haute vitesses.

ICE

  • La moyenne devrait s’établir autour des 190 km/h, ce qui est similaire à Austin.
  • D’après les simulations, un faible pourcentage du tour sera négocié à pleine charge. Seuls 45 % des 4304 mètres seront parcourus à fond, soit moins qu’au Hungaroring. C’est une conséquence des courbes lentes et des tortueux secteurs 2 et 3 où le pilote jouera avec l’accélérateur plutôt que d’être à plein régime.
  • Le MCI aura deux opportunités principales pour atteindre sa vitesse maximale de rotation. Les concurrents parcourront la ligne droite des stands de plus d’un kilomètre en à peu près quinze secondes. Ensuite, ils effectueront les 600 mètres séparant les virages 3 et 4 en sept secondes.
  • Les vitesses de pointe devraient être très élevées, probablement les plus grandes de la saison. Dans la principale ligne droite, on attend des pics au-delà de 340 km/h en essais et dépassant les 350 km/h en qualifications. L’altitude de Mexico City augmente ces performances. L’air y est moins dense et la voiture rencontre ainsi moins de résistance.
  • Autre problème posé par l’air en altitude, l’efficacité du refroidissement des F1 sera capitale. Pour obtenir le flux d’air nécessaire vers les radiateurs et le MCI, la carrosserie sera spécialement adaptée pour participer au refroidissement.

Turbocompresseur

  • Niché à plus de 2200 mètres d’altitude, légèrement moins que la moitié du Mont-Blanc, le circuit est de loin le plus élevé de la saison. En comparaison, Sao Paulo est à seulement 800m. Avec les moteurs atmosphériques, cela aurait mené à une perte de puissance de 22 %, mais les blocs turbo produiront la même puissance que sur les pistes situées au niveau de la mer, comme Abu Dhabi. Pour y parvenir, la rotation du turbo sera supérieure de 8 % par rapport à Abu Dhabi.

MGU-K

  • Avec trois zones de freinage principales, le circuit est de difficulté moyenne pour le MGU-K. La première se situe au premier virage, où les pilotes décélèrent de 350 km/h à moins de 100 km/h en moins d’une seconde. Les forces exercées sur la voiture avoisineront les 5G.
  • Egalement placé au terme d’une longue période à pleine charge, le virage 4 négocié à 95 km/h sera le deuxième test. La dernière phase se trouve au virage 12, où la vitesse d’entrée est estimée à 120 km/h.

MGU-H

  • Des virages 6 à 13, le pilote jouera de l’accordéon sur son accélérateur pour négocier un enchaînement similaire aux célèbres Esses de Suzuka. Avec une vitesse oscillant entre 240 et 120 km/h, les concurrents préféreront jouer avec la course de leur pédale plutôt que de sauter sur les freins.
  • La consommation d’essence sur un tour devrait être relativement basse, la récupération d’énergie sera alors moins cruciale au Mexique qu’ailleurs.

Retour en haut