Jean-Paul Driot

Copropriétaire

Jean-Paul Driot a connu de grands succès sportifs depuis près de 30 ans.

Dirigeant l’équipe DAMS depuis sa création, il l’a menée au sommet de nombreux championnats internationaux, notamment en GP2 Series – l’antichambre officielle de la F1 – et son ancienne mouture, la F3000 Internationale, ainsi que la Formula Renault 3.5 Series.

Mais sa plus grande réussite réside peut-être dans sa capacité de détection et de développement de jeunes talents. Driot a ainsi joué un rôle-clé dans la carrière de plusieurs stars du sport automobile. Dans leur ascension vers la F1, des talents tels que Romain Grosjean, Kevin Magnussen et Carlos Sainz Jr ont bénéficié de sa confiance et du soutien de l’équipe DAMS.

Jean-Paul Driot a immédiatement saisi l’opportunité de s’engager dans le révolutionnaire Championnat FIA de Formula E. Croyant fermement au concept de monoplaces entièrement électriques, le propriétaire de la célèbre équipe s’est allié avec la légende de la F1 Alain Prost pour lancer la structure e.dams, désormais connue sous le nom de Renault e.dams grâce au partenariat avec le constructeur automobile français.

En parallèle de la monoplace, Driot a également impliqué son équipe dans des programmes aux 24 Heures du Mans et en Porsche Supercup.

Jean-Paul est également fortement impliqué dans l’industrie française du sport automobile français. Il a occupé plusieurs postes notoires, dont la présidence de la commission circuit de la FFSA à la fin des années 1990, mais aussi au sein de l’ACF (Automobile Club de France). Ses efforts lui ont permis de se voir décerner le titre de Chevalier de l’Ordre National du Mérite, ainsi que la médaille d’or du ministère français des Sports.

"Quand vous gagnez, vous voulez que cela continue. La motivation est plus forte que jamais. Elle atteint même son paroxysme lorsque la concurrence est intense, avec des écarts extrêmement faibles entre les concurrents. Nous devons poursuivre nos efforts pour rester au sommet."

Alain Prost

Copropriétaire

Véritable légende, Alain Prost compte quatre titres de Champion du Monde de Formule Un et 51 victoires à son palmarès. Ses duels en piste sont restés parmi les plus excitants de l’histoire du sport automobile.

Né en 1955 près de Saint-Chamond (Loire), Alain Prost s’essayait à de nombreux sports et envisageait une carrière professionnelle dans le football avant qu’une rencontre avec le karting lors de vacances familiales ne lui transmette le virus. En 1974, le Français quittait les études pour se consacrer à la course. Un an plus tard, il obtenait son premier sacre en devenant Champion de France de karting, remportant ainsi une saison en Formule Renault. Il y décrochait deux titres, puis passait en F3 pour remporter les Championnats de France et d’Europe en 1978 et 1979. Sur les radars de plusieurs équipes de F1, il étudiait soigneusement ses options avant de signer avec McLaren en 1980.

Durant sa première saison en F1 – à une des époques les plus compétitives de la discipline – Alain Prost entrait dans les points à quatre reprises. Il rejoignait Renault en 1981 et son premier succès ne tardait pas. Il s’imposait à domicile au Grand Prix de France 1981 à Dijon. Les victoires s’enchainaient avec Renault, pour atteindre un total de neuf en trois ans, sur des pistes comme Monza, Silverstone et l’Österreichring.

En 1984, Alain retrouvait McLaren pour vivre une épopée fantastique. En six ans, Alain gagnait trente courses, trois Championnats du Monde et finissait deux fois vice-Champion. Premier Français sacré en 1985, il devenait aussi le premier à décrocher deux couronnes consécutives depuis Jack Brabham. En signant sa vingt-huitième victoire en 1987, il battait le record de Jackie Stewart, vieux de quatorze ans.

En 1988, Prost contribuait à sept des quinze victoires (sur seize départs !) de l’équipe McLaren-Honda. Tous les regards se portaient néanmoins sur la rivalité naissante avec son nouvel équipier Ayrton Senna, vainqueur à huit reprises et titré. Sur la piste et en dehors, l’émulation poussait les deux hommes à atteindre des niveaux inédits. Tous deux entretenaient la domination de McLaren en 1989, mais Prost l’emportait cette fois.

Alain rejoignait Ferrari en 1990 pour ajouter cinq succès à son palmarès. À nouveau, la course au titre se prolongeait jusqu’au terme de la saison, à l’avantage de Senna. Une difficile campagne en 1991 amenait Alain à prendre une année sabbatique avant de revenir avec Williams-Renault en 1993. Cette association débouchait sur sept victoires, pour atteindre un total record de 51, et un quatrième sacre chez les pilotes.

À l’issue de l’année, Alain sortait par la grande porte. Il s’engageait par la suite dans différentes aventures liées ou non à la F1, dont Renault e.dams est l’une des plus ambitieuses, mais également la plus fructueuse.

"Nous avons une bonne équipe d’exploitation et un partenariat solide avec Renault, qui nous apporte un support technique solide. Nous avons également deux très bons pilotes, qui sont complémentaires et s’entendent bien. À tous niveaux, il y a une véritable cohésion et une coopération, ce qui est extrêmement important pour le championnat Équipes."

Retour en haut