Alors que se profile le tout premier ePrix de Mexico, cinquième manche de la saison 2015/2016 du Championnat FIA de Formula E, nous avons voulu en savoir plus sur les sensations ressenties au volant de la Renault Z.E.15. Et qui mieux que nos pilotes Sébastien Buemi et Nico Prost pour nous en parler ?

Quel est l’aspect le plus difficile dans le pilotage d’une monoplace de Formula E ?
Sébastien : « C’est vraiment compliqué de piloter et dépasser sur des circuits en ville entourés de murs. Il faut en outre s’adapter à une adhérence moindre que sur des tracés permanents. Enfin, vu que la Formula E est un championnat tout nouveau, chaque circuit est une expérience inédite. »

Nico : « Apprendre ces tracés urbains représente effectivement un véritable défi même si je pensais que le challenge serait bien plus difficile. La vraie spécificité de la Formula E, c’est le format des meetings. Dans les autres catégories, vous avez beaucoup plus de temps pour prendre vos repères et réagir en cas de pépin. Là, les essais libres, les qualifications, et la course s’enchaînent sur une seule journée ; le timing est donc très serré. »

Quel serait votre circuit de rêve ?
Sébastien : « Retourner à Monaco mais cette fois-ci pour courir sur le circuit du Grand Prix de Formule 1. L’année dernière, on en empruntait déjà une partie mais ce serait génial de rouler sur le « grand » tracé. »

Nico : « Franchement, courir autour de Times Square à New York serait carrément cool. À vous de jouer, la Formula E ! »

À quel point la communication avec vos ingénieurs est-elle cruciale durant la course ?
Sébastien : « La gestion de l’énergie est à coup sûr l’un des défis les plus importants à relever en Formula E, ce qui rend la communication avec l’équipe vitale. Les données concernant la consommation et la récupération d’énergie ne sont pas transmis via la télémétrie durant les différentes séances. C’est donc à nous pilotes de relayer l’information aux ingénieurs.

Ils peuvent ensuite nous aider à optimiser notre stratégie, surveiller le niveau de charge de notre batterie, éviter les pertes lors des phases de récupération d’énergie en fin de course, et garder un œil sur les températures. Cet élément est d’autant plus capital qu’il fait souvent très chaud dans les villes où se rend la Formula E. »

Nico : « Les informations transmises par les ingénieurs nous permettent d’adapter notre style de pilotage à la situation et aux conditions de piste. Les pilotes doivent sans cesse trouver le bon équilibre entre attaquer pour remporter la course et piloter de façon un peu plus conservatrice pour récupérer le maximum d’énergie. »

Mexico est un tout nouveau circuit. Comment préparez-vous ce genre de rendez-vous ?
Nico : « Nous passons beaucoup de temps avec l’équipe et les membres de Renault pour peaufiner les réglages de la voiture avant chaque course. Les monoplaces sont toujours plus ou moins en partance pour la prochaine destination et les essais sont limités. Dans ces conditions, instaurer un tel dialogue est primordial pour continuer d’améliorer notre niveau de performance. Naturellement, nous consacrons aussi beaucoup de temps à apprendre le tracé en lui-même. »

Sébastien : « Absolument. De notre côté, nous pouvons nous entraîner dans le simulateur et étudier avec attention le tracé que la FIA nous fournit. Bien sûr, cela ne remplace pas l’expérience en piste mais cela nous donne une première occasion de prendre nos marques. »

L’ePrix de Mexico, cinquième manche de la saison 2015/2016 du Championnat FIA de Formula E, aura lieu ce samedi 12 mars. Pour donner votre Fan Boost à Sébastien ou Nicolas, rendez vous sur http://fanboost.fiaformulae.com/#votingframe ou utilisez l’application mobile officielle Formula E. Autrement, tout message posté sur Twitter ou Instagram qui inclut #FanBoost et #SebastienBuemi OU #FanBoost et #NicolasProst sera comptabilisé. Vous pouvez voter une fois par jour. Le Fan Boost s’ouvre 12 jours avant chaque ePrix (soit depuis le 29 février pour Mexico) et se poursuit jusqu’à la sixième minute de course.

ePrix de Mexico – soyez au courant !

  • Longueur du circuit : 2,092km
  • Nombre de virages : 18

Le saviez-vous ? Lancé en 2007, l’initiative Plan Verde (« Plan Vert ») de Mexico cherche à améliorer la qualité de l’environnement dans la ville via des actions locales telles que Hoy No Circula (« Aujourd’hui, je ne roule pas ») et Muevete en Bici (« Prends ton vélo »).

Le saviez-vous ? Alain Prost, Directeur de Renault e.dams, est l’un des trois seuls pilotes dans l’histoire de la Formule 1 à avoir remporté le Grand Prix du Mexique à deux reprises sur l’Autodromo Hermanos Rodriguez.

Le saviez-vous ? Les habitants de Mexico ont tendance à établir des records du monde pour le moins cocasses. Selon le « Guinness Book », les trois prouesses suivantes furent réalisées dans la capitale mexicaine : plus grand nombre de personnes dansant en même temps sur le tube Thriller de Michael Jackson (13 597), plus grosse enchilada au monde (1,5 tonne), et plus grand nombre de personnes s’embrassant simultanément (39 879).

Retour en haut