Directeur de la compétition-clients de Michelin Motorsport, nous avons rencontré Philippe Mussati sur la seconde manche des World Series by Renault à Spa-Francorchamps. L’occasion d’évoquer le partenariat de longue date avec Renault Sport Technologies, et aussi de l’avenir des pneumatiques équipant les monoplaces.

En tant que manufacturier présent dans le sport automobile depuis de nombreuses années, quelle est votre opinion sur les World Series by Renault ?
« C’est un événement particulier pour nous, assez unique même ! Notre engagement sur les différents championnats des World Series by Renault nous a permis de développer nos pneumatiques pour les adapter à chaque nouvelle voiture. Le dernier exemple est celui de la Renault Sport R.S. 01. Nous sommes très satisfaits des performances des voitures ce week-end, trois secondes plus rapides que les GT3. Depuis la naissance du projet, nous avons pu travailler pour que nos gommes soient aussi efficaces que possible. Il y a vraiment une relation de confiance entre Renault et Michelin, cela nous permet d’améliorer nos performances progressivement. De même, le spectre de véhicules utilisés durant un meeting de World Series by Renault est très intéressant. L’ambiance des World Series by Renault est vraiment unique. Année après année, ça marche, nous sommes donc très heureux d’en faire partie. »

Vous êtes le fournisseur unique pour toutes les catégories présentes sur les World Series by Renault, quelles implications cela entraine-t-il ?
« Nous devons être capables d’apporter les mêmes performances aux teams durant toute l’année. Il nous faut donc une grande constance dans la fabrication de nos produits pour garantir cette stabilité et ne pas perturber les repères des équipes. Le challenge est très intéressant. On donne des règles d’utilisation aux teams, sur les pressions et le carrossage par exemple. »

Pouvez-vous nous parler des nouveaux pneus de 17 et 18 pouces qui sont testés respectivement sur les Formula Renault 2.0 et sur les Formula Renault 3.5 ?
« Nous avons démarré ce programme il y a environ un an avec Renault Sport Technologies. L’objectif de Michelin est d’insuffler un vent d’innovation sur le segment des monoplaces. Nous voulons rapprocher nos pneumatiques compétition des dimensions classiques de production. La raison d’être du sport automobile est de faire un lien entre les voitures de série et celle de compétition, le fameux « track to streets » (de la piste à la route). Dans ce cadre, la monoplace était un contre-exemple. »

Concrètement, quels sont les changements sur les monoplaces ?
« Cette évolution offre de nouvelles possibilités pour les constructeurs, avec par exemple plus de place pour les freins. Potentiellement, cela donne une voiture plus efficace et plus rapide. Ce bénéfice peut être utilisé comme une réserve : plutôt que d’augmenter les performances, on peut s’en servir pour réduire les coûts. Le retour des pilotes est positif, avec une directivité accrue. La différence se fera aussi sur le plan des réglages. Cette offensive menée par Renault et Michelin est bien avancée et notre objectif est de la mener jusqu’au bout, c’est-à-dire de basculer sur ces dimensions dès 2016. »

Retour en haut