Nick Chester présente les défis de Montréal.

Que pouvons-nous attendre de Montréal ?
Le Canada est un nouveau tracé difficile. On s’y sent comme en ville et c’est à nouveau une piste dont l’évolution est importante puisqu’il n’y a pas beaucoup d’autres courses en dehors du Grand Prix. L’adhérence de la surface du circuit est faible et il peut être dur d’y mettre les pneus dans leur fenêtre correcte d’exploitation. Au fil des années, Montréal nous a également offert tout un éventail de conditions météorologiques. De nombreux sujets nous gardent donc alertes.

Peut-on quantifier l’apport de la spécification B du groupe propulseur ?
C’est un bon pas en avant. À Montréal, nous l’aurons dans les deux R.S.16. Nous avons principalement pu bénéficier de l’amélioration de la maniabilité à Monaco. Ici, le tracé est plus typé « moteur » avec des lignes droites précédant des virages lents, nous devrions vraiment le voir dans toute son étendue.

Quelles sont les exigences de Montréal pour les voitures ?
L’essentiel tourne autour du freinage et de la traction. Avec plusieurs gros freinages, il faut être au top sur le refroidissement des freins pour éviter toute surchauffe, ainsi que sur les réglages pour une bonne stabilité au freinage et la confiance du pilote. Il est aussi important de bien chevaucher les vibreurs imposants aux chicanes. Enfin, une forte traction est requise à la sortie des virages lents pour bien lancer la monoplace dans les lignes droites.

Quels sont les dégâts recensés sur les deux voitures à Monaco ?
Les incidents de Kevin ont principalement abimé des pièces boulonnées alors que l’accident de Jolyon nous amène à apporter le nouveau châssis R.S.16-04 à Montréal. Sa monoplace a heurté assez violemment le rail à un angle oblique. Cela a endommagé l’avant du châssis et comme nous en avions un nouveau de disponible, il était logique de l’utiliser. Fort heureusement, la construction du 04 était assez avancée et nous n’avions plus qu’à achever l’installation du réservoir et des câblages pour qu’il soit prêt pour le Canada.

Retour en haut