Y a-t-il eu une révolution dans la performance de l’équipe en Russie ?
En Chine, beaucoup de facteurs avaient joué en notre défaveur. Ce fut en revanche l’inverse en Russie. Cela illustre l’importance de réaliser de parfaits week-ends, sans aucun problème à traiter tant lors des séances d’essais qu’en course. Obtenir le plus de données en essais est capital. Nous y sommes parvenus en Russie et nos ingénieurs ont alors été mieux placés que jamais pour guider les réglages. De plus, nous avons démontré un rythme décent tout en capitalisant sur les faits de course pour décrocher un beau résultat. Kevin a mené une course brillante malgré la pression de ses poursuivants. Il a fait tout ce qu’il a pu pour se classer septième. En parallèle, Jolyon s’est montré plus satisfait de sa voiture. Nous sommes donc en bonne forme avant l’Espagne.

Qu’ajouteriez-vous au débriefing tenu après la course ?
Le Sotchi Autodrome est particulier tant il est piégeux pour les pneumatiques. Parvenir à mettre les gommes dans la bonne fenêtre d’exploitation est tout un défi et toutes les équipes y ont accordé une attention spéciale durant le week-end. En qualifications, certains ont enchaîné une séquence de tours rapide-lent-rapide pour placer les pneus dans la fenêtre optimale tant à l’avant qu’à l’arrière. Nous avons bien progressé dans ce domaine. Enfin, c’était vraiment positif de voir le rythme de course affiché à Melbourne de retour.

Jolyon semble avoir bien progressé en ramenant sa voiture au niveau où elle devrait être ?
Le samedi à Sotchi, Jolyon était beaucoup plus heureux au volant. Cela s’est traduit en une prestation plus solide. Dans le cadre de notre état des lieux destiné à lui rendre la monoplace meilleure, nous avons changé le fond plat, un aspect aérodynamique très important de la R.S.16. En Espagne, Jolyon bénéficiera d’un nouveau châssis, le R.S.16-03, déverminé et utilisé lors de notre jour de tournage cette semaine.

Qu’avons-nous de nouveau pour Barcelone ?
Pour le Grand Prix, nous disposerons d’un nouvel aileron arrière et d’évolutions sur l’aileron avant. Nous aurons ensuite beaucoup de choses à essayer lors des tests : une nouvelle suspension, de nouvelles évolutions aérodynamiques sur différentes parties de la R.S.16, des modules de refroidissement tout en évaluant la nouvelle spécification du groupe propulseur. Nos deux journées devraient être bien remplies.

Barcelone est-elle plus susceptible d’être cruelle ou sympathique envers l’équipe ?
Nous nous en sommes tirés relativement décemment au cours des essais hivernaux et si vous regardez les qualités requises pour une voiture maniable sur ce circuit, nous n’avons rien à craindre. Cela ne veut pas dire que nous serions contre plus d’appuis, mais le potentiel existe en l’état actuel.

Retour en haut