Êtes-vous satisfait de ces huit jours d’essais ?
Dans l’ensemble, oui. Nous pouvons être ravis de leur déroulement étant donné le peu de temps dont nous disposions après le changement de groupe propulseur. Nous avons beaucoup appris sur les réactions de la voiture aux différents réglages, tout en accomplissant un important travail aérodynamique destiné à valider les résultats en soufflerie. Nous avons parcouru de nombreux kilomètres, ce qui était satisfaisant du point de la fiabilité. Si Kevin a pu effectuer beaucoup de tours, Jolyon a été un peu plus malchanceux. Nous avons néanmoins pu faire un gros roulage avec eux. Le ressenti des pilotes est positif. Tous deux sont contents et nous indiquent que la R.S.16 est facile à piloter. Il nous faut désormais trouver plus d’adhérence et de puissance pour extraire le plein potentiel.

Y a-t-il eu des mauvaises surprises lors des essais ?
Par nature, on rencontre forcément quelques soucis en essais. Jolyon en a hélas été le plus souvent victime, sans raison particulière. Il reste des domaines sur lesquels nous devons travailler, mais tout va plutôt bien sur le reste. Tous les principaux éléments fonctionnent raisonnablement bien.

À quoi devons-nous nous attendre en Australie ?
Nous avons appris que nous disposions d’une bonne base avec laquelle nous pourrons courir et faire du développement tout au long de l’année. Après les tests hivernaux, nous voulons régler quelques détails, comme toutes les équipes. Notre but est de régler tout cela avant Melbourne, pour pouvoir nous concentrer sur les suspensions et le développement aérodynamique habituel.

Quel est le programme de développement cette année ?
Nous avons un plan global sur l’année : nous planchons actuellement sur le volet aérodynamique afin d’introduire des évolutions sur la carrosserie et obtenir plus d’appui. En parallèle, nous travaillons sur les suspensions avec le but d’apporter la première amélioration importante lors des essaisqui suivront le Grand Prix d’Espagne.

Quels seront les objectifs techniques en 2016 ?
Nous sommes focalisés sur le développement d’outils qui vont nous aider à progresser en 2017. Nous voulons améliorer la fiabilité et poursuivre l’intégration entre le châssis et le groupe propulseur pour obtenir à terme un ensemble homogène. Nous portons aussi beaucoup d’attention à la construction de l’équipe et de l’infrastructure. En 2016, nous tirerons les leçons de la piste tout en bâtissant l’écurie, plutôt qu’en ayant fixé des objectifs préalables.

Retour en haut