Des points ? Kevin Magnussen en veut toujours plus...en route pour la Malaisie.

Kevin, comment se sent-on après votre deuxième meilleure prestation de l’année et ce point à Singapour ?
C’était vraiment une satisfaction personnelle et je m’en réjouissais pour l’équipe car cela nous donne tous un coup de pouce. Je sais à quel point tout le monde travaille dur à Enstone et à Viry et c’est un soulagement plus que bienvenu. Nous devons désormais poursuivre nos progrès tout en espérant pouvoir en faire de même en Malaisie !

Comment un tel résultat a-t-il été acquis à Singapour ?
C’était l’une de ces courses où nous avons prouvé l’adage selon lequel il ne faut jamais abandonner. Nous ne semblions honnêtement pas dans le match au début, mais personne n’a lâché pour maximiser chaque détail pour la suite. En course, j’ai réalisé un superbe départ et notre stratégie a vraiment bien fonctionné. C’était un point durement acquis, mais extrêmement gratifiant pour tous !

Que vous inspire la Malaisie ?
Ce sera un nouveau week-end très chaud et humide. Ce sera tout aussi physiquement éprouvant qu’à Singapour. J’aime le circuit de Sepang, qui en plus d’être un endroit charmant, possède de formidables sections rapides sur son tracé. J’apprécie tout particulièrement le dernier secteur. La gestion des pneus y sera également un élément-clé.

Y avez-vous un souvenir particulier en piste ?
J’ai couru pour la première fois à Sepang en 2014, mais cela ne m’a pas laissé un bon souvenir en particulier. Espérons pouvoir changer cela dès le week-end prochain !

Avez-vous hâte de goûter la cuisine de rue typique en Malaisie ?
Il n’y a hélas pas trop de temps pour explorer et s’essayer à la cuisine locale. Je rentrerais donc très probablement à l’hôtel tous les soirs. Les journées sur les circuits sont longues avec les entraînements et la relaxation, tout en s’assurant de dormir assez pour atteindre son pic de forme en course. La culture locale doit malheureusement parfois attendre les vacances !

À quel point aviez-vous soif à l’arrivée du Grand Prix de Singapour ?
J’étais assoiffé car je n’ai absolument pas pu boire durant l’épreuve ! C’est loin d’être idéal de ne pas avoir d’eau sur l’un des Grands Prix les plus chauds du calendrier, mais j’y suis arrivé en tentant de l’oublier pour me concentrer sur la mission à accomplir.

Qu’avez-vous fait depuis Singapour ?
J’ai un peu travaillé pour l’un de nos principaux partenaires, Infiniti. C’était très amusant et vous devriez bientôt le voir. Après cela, j’ai passé quelques jours au Danemark avant de me rendre en Malaisie. J’ai donc fait refait le plein d’énergie afin d’être prêt pour la prochaine course !

Retour en haut