Dès sa présentation, Renault Sport R.S. 01 a suscité un réel engouement, et l’entrée en piste du Renault Sport Trophy a fait fureur au sein du sport automobile. La nouvelle production des ingénieurs des Ulis a permis à Andrea Pizzitola (ART Junior Team), Dario Capitanio (Oregon Team) et David Fumanelli (Oregon Team) de se distinguer. Pour Renault Sport R.S. 01, l’avenir s’annonce encore plus radieux avec son arrivée dans plusieurs catégories en GT.

ANDREA PIZZITOLA S’IMPOSE CHEZ LES ÉLITES

Parmi les pilotes Élites, Steijn Schothorst (Equipe Verschuur) réalisait l’entame de saison parfaite. Dominateur aux essais collectifs, le Néerlandais confirmait sa forme grâce à un sans-faute sur les trois premières courses. Face à lui, son frère Pieter Schothorst (Equipe Verschuur), Roy Geerts (V8 Racing), Indy Dontje (ART Junior Team) et David Fumanelli (Oregon Team) se distinguaient, mais son ancien équipier en Formula Renault 2.0 Andrea Pizzitola s’avérait être la menace la plus sérieuse.

Vainqueur au Nürburgring et extrêmement régulier aux avant-postes, le Français abordait la finale de Jerez en tête même si son adversaire gardait un léger avantage à la faveur de la suppression du plus mauvais résultat. Victorieux au classement intermédiaire de l’Endurance grâce à une superbe manœuvre, Andrea Pizzitola réduisait l’écart à un point avant l’ultime épreuve. Le Montpelliérain allait y faire le bon choix en chaussant les pneus pluie au contraire de Steijn Schothorst. Malgré un accrochage et une pénalité de vingt-cinq secondes, le Français parvenait à s’offrir le titre pour seulement deux secondes !

Auréolé de son premier sacre majeur, Andrea Pizzitola pouvait alors se concentrer sur son prix : les sélections de l’équipe officielle NISMO pour obtenir un baquet en Super GT à la clé. Après s’être rendu à Fuji il y a quelques jours, le Français attend désormais de quoi sera fait son avenir.

LE PRESTIGE REVIENT À DARIO CAPITANIO

L’une des révélations de la saison inaugurale du Renault Sport Trophy aura été, sans conteste, Dario Capitanio. Si Richard Gonda (ART Junior Team) et Diederik Sijthoff (V8 Racing) se montraient les plus rapides à Spa-Francorchamps et au Hungaroring, tout comme Niccolò Naliò (Oregon Team) à Silverstone, et si Toni Forné (ART Junior Team) se mettait fréquemment en évidence, c’est bien Dario Capitanio qui impressionnait par sa régularité sur les podiums, lui permettant de bien figurer au classement général.

Au Nürburgring, le pilote Oregon Team parvenait à élever son rythme pour s’offrir sa première victoire dans la discipline. Il récidivait au Mans où il s’assurait du sacre par la même occasion, au prix d’une âpre bataille avec Richard Gonda, son plus proche rival, qu’il parvenait à dépasser.

Alors qu’il pouvait prétendre à un volant aux prochaines 24 Heures du Mans en récompense de son titre, le Romain préférait miser sur le long terme en rejoignant la catégorie professionnelle du Renault Sport Trophy en 2016 !

FUMANELLI-CAPITANIO, LE DUO GAGNANT D’OREGON TEAM

À Spa-Francorchamps, la toute première course du Renault Sport Trophy de l’histoire est revenue au duo composé de David Fumanelli et Dario Capitanio. Si les deux Italiens n’allaient ensuite plus connaître la victoire, leur série de deuxièmes places leur permettait de remporter le sacre avant même la finale à Jerez.

Entretemps, l’incroyable compétitivité du Renault Sport Trophy avait vu d’autres équipages s’imposer. Wolfgang Reip et David Cebrian (Monlau Competicion) l’emportaient en Hongrie, tout comme Luciano Bacheta et Niccolò Naliò (Oregon Team) en Grande-Bretagne, Max Braams et Roy Geerts (V8 Racing) en Allemagne, ainsi que Richard Gonda et Andrea Pizzitola (ART Junior Team) en France et en Andalousie. Aucun ne parvenait toutefois à faire preuve de la régularité de métronome du binôme italien, au sein duquel Dario Capitanio obtenait une seconde couronne.

UN PALMARÈS TOUJOURS PLUS GRAND

Une semaine seulement après les débuts du Renault Sport Trophy à Spa-Francorchamps, une Renault Sport R.S. 01 s’imposait sur le tracé belge dans le cadre du Supercar Challenge. Par la suite, les ingénieurs des Ulis se sont rapprochés des différents promoteurs afin d’établir une balance de performance et le kit GT3 adéquat. Celui-ci a permis d’assister aux débuts de la voiture en GT Tour, sur le Circuit Paul Ricard, au sein de la catégorie Open Challenge. Le pédigrée de Renault Sport R.S. 01 s’est ensuite étoffé avec une performance de choix en GT Open, à Barcelone, puis par un succès de prestige aux 500 kilomètres de Zandvoort, ainsi qu’une pole position aux 6 Heures de Rome.

Dimanche 11 décembre, Renault Sport R.S. 01 aura l’occasion de garnir encore plus son CV en participant aux 12 Heures d’Abu Dhabi, avant de découvrir d’autres compétitions en 2016.

Retour en haut