Le Grand Prix du Canada 2014 a été l’un des moments fort de la saison dernière pour Renault, Daniel Ricciardo décrochant la première victoire du tout nouveau Power Unit V6 turbo. On peut la qualifier de victoire opportuniste, mais pour son ingénieur David Mart, rien n’arrive jamais par hasard.

« Nous nous sommes qualifiés en sixième position, un classement que nous estimions correct, mais nous n’attendions pas grand-chose de plus, surtout au vu de l’avantage dont les Mercedes semblaient disposer en début de week-end. Nous pensions vivre une course assez classique avec peut-être un podium à la clé si les circonstances le permettaient. Daniel venait d’en signer deux d’affilée lors des Grands Prix précédents. Le but était juste d’extraire le maximum de la voiture comme de la stratégie.

Daniel a pris un départ correct, lui permettant de conserver sa position, mais ensuite nous étions un peu coincés. Les Mercedes étaient devant et creusaient l’écart avec leurs poursuivants. Sebastian [Vettel] était lui aussi devant. Puis, nous avons appris à la radio et vu sur les écrans que les deux Mercedes commençaient à avoir des soucis et perdaient de la vitesse.

Nous n’avons pas changé de stratégie pour autant, mais nous savions qu’il y avait dorénavant une carte à jouer car sur les précédentes courses, nous étions parvenus à nous hisser en bonne position. Évidemment, cette situation nous a donné de l’espoir, surtout le pilote. Pour prendre l’avantage, nous avons fait en sorte que le moteur délivre plus de puissance et soit plus performant là où c’était possible, principalement lors des arrêts aux stands.

Les derniers tours ont été très intéressants puisque Daniel se rapprochait sans cesse de la tête de course. Nous étions derrière [Sergio] Perez pendant plusieurs tours. Pour le dépasser, il a fallu donner un peu plus de puissance à Daniel sur la piste. Nous avons donc boosté le propulseur dans les zones du DRS, et Daniel a réussi à dépasser. À cet instant, nous avons vraiment compris que nous pouvions gagner car Rosberg semblait plus facile à doubler. Nous avons donc fait passer le message à Daniel comme quoi le leader avait des ennuis. Il l’a reçu 5/5 et s’est mis à puiser dans ses réserves pour aller encore plus vite et plus loin.

Daniel a finalement pris les devants, avant que Perez et [Felipe] Massa ne soient impliqués dans un gros accident derrière. La course s’est terminée derrière la Voiture de Sécurité, et c’était fait : première victoire. Malgré l’importance du moment, Daniel a d’abord pensé aux pilotes et voulait savoir s’ils allaient bien.

Nous savions tous que ce succès comportait une part de chance, mais il est intervenu après une série de courses où nous n’avions cessé de nous rapprocher des avant-postes. Le podium à Barcelone avait lancé la dynamique et tout le monde a alors travaillé d’arrache-pied pour nous améliorer encore et toujours.

C’était un bon week-end de course avec Daniel, et tout le monde sur la piste et à l’usine a contribué à cette victoire. Après tant d’efforts, nous ne l’avions pas volée. Ce succès nous a également encouragés à faire encore mieux. Quant à Daniel, il savait désormais de quoi il était capable et a continué à monter en puissance tout au long de la saison. »

Retour en haut