Le Grand Prix des Etats-Unis est très populaire au sein du paddock, mais pour quelles raisons ? Nous avons posé la question à Cedrik Staudohar, responsable de l’équipe Renault Sport F1 détachée auprès de Scuderia Toro Rosso.

« Nous n’avons été à Austin que trois fois pour le moment, mais c’est déjà un rendez-vous à part pour toute l’équipe. La piste est impressionnante. Quand on voit le virage n°1 pour la toute première fois, c’est vraiment surprenant. C’est encore plus escarpé que le Raidillon de Spa-Francorchamps dans la mesure où le tracé grimpe plus vite sur une distance plus courte. Nous nous en rendons vraiment compte lors du tour de reconnaisance à pied. C’est comme si on s’attaquait à un mur et on se retrouve à bout de souffle au sommet ! Après cela, on attaque aussitôt avec l’enchaînement de courbes rapides. Avec le complexe Maggots / Becckets / Chapel de Silverstone et les Esses de Suzuka, il s’agit d’une des plus belles portions de la saison. Maintenant que la piste est régulièrement utilisée pour des courses, le revêtement s’est gommé et je pense que tous les pilotes adorent ces virages. La première année, avec le faible grip, ils trouvaient que cela ressemblait plutôt à une patinoire !

L’atmosphère du paddock est également particulière. Quand on pense aux USA, on s’image que tout est plus grand, plus technologique… Mais les bâtiments sont réalisés à l’ancienne. Contrairement aux nouveaux circuits comme Abu Dhabi ou Shanghai, il n’y a pas d’énormes constructions, de jardins luxuriants ou de structures réceptives gigantesques. Nous travaillons dans des bâtiments préfabriqués qui semblent avoir été posés là pour le week-end. Cela peut sembler désuet, mais cela participe au charme de l’endroit.

Il faut ensuite parler des spectateurs. Dès la première année, les gens étaient incroyables. Très passionnés, bruyants et nombreux ! D’année en année, le succès ne se dément pas et c’est génial. Il y a beaucoup de Mexicains qui encouragent leurs pilotes. Cela contribue à créer une bonne atmosphère. Nous verrons s’ils sont aussi nombreux cette année, puisque le Grand Prix du Mexique suivra une semaine plus tard.

Enfin, nous aimons ce rendez-vous grâce à la ville d’Austin. C’est très vivant et les gens sont vraiment accueillants. Chaque soir, l’atmosphère est festive et nous nous sentons partie prenante d’une communauté célébrant quelque chose d’énorme. Il y a d’excellents steakhouses et nous nous régalons du fameux surf’n’turf, composé d’un steak texan, de crabe et de homard. C’est un des temps forts de la semaine ! Comment ne pas aimer tout cela ? »

Retour en haut