Dans la foulée de son podium hongrois, le pilote Infiniti Red Bull Racing Daniil Kvyat continue sa belle série avec une nouvelle performance au Grand Prix de Belgique. Après une remontée émaillée de superbes dépassements, le Russe franchissait la ligne d’arrivée en quatrième position. Chez Scuderia Toro Rosso, Max Verstappen connaissait un GP animé le voyant progresser de la dix-huitième à la huitième place.

Faits marquants de la course :

  • Daniil Kvyat se classe quatrième. Parti douzième, il figurait déjà dans le top dix à son premier arrêt. Grâce à une stratégie inspirée lors du safety car virtuel, le Russe gagnait du terrain avant de passer coup sur coup Räikkönen, Massa et Perez après son deuxième changement de pneus. Il héritait du quatrième rang après la crevaison de Vettel.
  • Malgré sa pénalité sur la grille, Max Verstappen se hissait en huitième position grâce à un excellent envol puis ses manœuvres sur les Sauber et Valtteri Bottas. À l’attaque sur Kimi Räikkönen au dernier tour, il sortait large et terminait finalement huitième à une seconde de la Ferrari.
  • Daniel Ricciardo (Infiniti Red Bull Racing) occupait le quatrième rang, avant qu’une coupure soudaine sur la ligne droite des stands l’immobilise au vingtième tour.
  • Carlos Sainz (Scuderia Toro Rosso) rentrait définitivement au box à l’issue de la trente-deuxième boucle pour économiser la mécanique. En raison d’un connecteur mal fixé dans le moteur, une perte de puissante durant le tour de chauffe contraignait le pilote Toro Rosso à s’élancer avec deux tours de retard.

Rémi Taffin, Directeur des Opérations :

C’est une course mitigée. Dans l’ensemble, la performance du power unit a répondu aux attentes fixées. Les pilotes ont pu utiliser efficacement sa puissance tout en disposant d’une meilleure vitesse de pointe. Cela leur a permis de se battre, à l’image de Daniil et Max. Tous deux ont dépassé plusieurs concurrents pour marquer des points. Néanmoins, nous connaissons deux abandons. La puissance de la voiture de Daniel s’est soudainement coupée et nous enquêtons toujours sur le problème. Pour Carlos, il semble que cela soit dû à une mauvaise manipulation. Nous analyserons ces retraits en détail, tout en continuant de travailler avec nos équipes pour remplir leurs objectifs cette saison.

Cyril Abiteboul, Directeur Général :

Il y a du positif et du négatif. Les voitures motorisées par Renault ont dépassé celles équipées par Ferrari ou Mercedes en ligne droite et en virages. Nous en plaçons également deux dans le top dix sur le circuit le plus exigeant de l’année. Toutefois, nous recensons deux abandons, dont un podium potentiel. Nous devons comprendre ce qu’il s’est passé. Si nous pouvons encore améliorer la fiabilité, notre performance nous permet de jouer à nouveau les podiums et les points avec les deux écuries.

Retour en haut