Avant de s’affronter sur les circuits, les pilotes mènent surtout un véritable combat au quotidien. L’enjeu ? Être le plus performant possible une fois au volant. Zoom sur un travail de longue haleine pouvant faire la différence dans le peloton si compétitif de la Formule Renault Eurocup.

Contrairement à une opinion encore très répandue, le talent ne fait pas tout en sport automobile. C’est souvent la manière dont chacun sait le canaliser, le développer et l’exploiter qui permet de gagner de précieux millièmes de seconde… Le tout loin des circuits !

Un travail de fond

« Je me soumets à un entraînement assez intensif une semaine avant chaque week-end de course », confie Yifei Ye. « Il faut mêler plusieurs activités pour être au niveau, donc il y a des exercices cardio-respiratoires, du renforcement musculaire pour les bras et le tronc, ou encore un accent mis sur la coordination. Une fois cela fait, je peux me détendre les jours qui précèdent les premiers essais. »

« En tant que pilote de la Renault Sport Academy, je dois suivre un programme d’entraînement physique sur mesure lorsque nous ne sommes pas en course », ajoute Victor Martins. « Son contenu nous permet d’arriver dans les meilleures conditions, à l’image de nos stages comme à Doha en début d’année ou au Col du Peuch cet été. Notre alimentation est également surveillée de près. Nous avons des fichiers à remplir pour chaque repas et notre coach nous envoie ses commentaires sur les aspects que nous pourrions améliorer. Le suivi est vraiment pointu pour que nous soyons les plus performants possible et que nous prenions de l’avance si nous venions à monter dans les catégories supérieures. »

« J’adopte aussi un régime alimentaire strict », confirme le Chinois. « Cet aspect ne fait pas une énorme différence à notre niveau, mais il est extrêmement important de prendre de bonnes habitudes pour faciliter la récupération, avoir de l’énergie quand nous en avons besoin et nous préparer dès maintenant pour les étapes suivantes dans nos carrières. »

Mental et récupération au programme

L’expression « un esprit sain dans un corps sain » a traversé les siècles, et ce n’est plus une surprise de voir de plus en plus de pilotes travailler cet aspect dès leurs premiers pas dans le sport.

« Un coach mental m’accompagne sur les courses », raconte Victor Martins. « Chaque week-end, nous débriefons ce qui a été fait lors des courses précédentes afin de nous projeter sur les suivantes. Nous faisons aussi de la sophrologie et tout ce qui peut être utile pour influer positivement mes performances. C’est un véritable atout au sein de la Renault Sport Academy. »

Yifei Ye travaille lui aussi sur cet aspect à l’aide de la structure 3.2.1. Perform, présente au cœur du paddock de la Formule Renault Eurocup : « Chaque matin, je m’échauffe dans le camion dès que j’arrive », raconte le Chinois. « C’est génial de pouvoir profiter sur place de tous leurs outils pour réaliser des étirements, des tests de réaction et de concentration, ou encore de récupérer après chaque séance et en toute fin de journée. Nous pouvons discuter avec un coach qui nous aide à visualiser les progrès que nous pourrions faire le lendemain... Avant d’aller au lit le plus tôt possible, toujours pour être dans les meilleures prédispositions psychologiques ! »

Dans la Zone

Toute cette préparation n’a donc qu’un objectif : être le plus performant dès que les feux s’éteignent. Mais comment les pilotes gèrent-ils cette montée d’adrénaline ?

« J’essaie tout simplement de me concentrer sur mon pilotage et des points que je peux améliorer », avoue Yifei Ye. « Je n’écoute pas de musique avant le départ, mais je me construis mon propre plan pour rester le plus calme et le plus prêt possible sur la grille. »

« Je pense que cet aspect reste propre à chacun », juge Victor Martins. « Nous nous concentrons tous d’une manière différente et cela devient vite une routine. Personnellement, je m’habille, je prépare mes affaires, je m’échauffe, j’écoute de la musique et j’échange avec mon ingénieur et mon coach. Mon échauffement me fait entrer dans une bulle et, une fois dans la voiture, j’essaie de ne pas être dispersé par tout ce qu’il peut se passer autour... Mais cela n’engage que moi, car je ne crois pas que l’on puisse reprendre et appliquer une méthode qui fonctionne pour tout le monde ! »

Share