Nico Hülkenberg : La jouer fine

Débordant d’énergie après une expérience monégasque plus courte que prévue, Nico Hülkenberg veut réaliser une performance de premier plan sur le Circuit Gilles Villeneuve.

Appréciez-vous le Grand Prix du Canada ?
Le week-end du Canada est exceptionnel. J’adore le circuit, la ville et l’atmosphère qui y règne. La piste mêle tracés urbains et classiques. Des murs vous attendent en sortie de virage et il faut chevaucher de gros vibreurs. Le rythme est vraiment sympathique, d’où une certaine affection. Et la semaine à Montréal est l’une des meilleures de l’année.

Une météo de prédilection ?
Des conditions mixtes rendent toujours les choses plus intéressantes et épicées, mais je n’ai aucune préférence à ce sujet. Nous ferons tous avec ce que nous aurons. Il y a généralement quelques surprises au Canada.

Décrivez-nous l’ambiance de cette épreuve...
À l’épingle, on est entouré de tribunes à gauche et à droite. On peut vraiment ressentir l’atmosphère. Durant la parade des pilotes, on est acclamé par les fans et on en a la chair de poule. C’est très amusant, surtout quand c’est à guichets fermés. On peut voir à quel point le Canada aime la F1. La ville entière accueille la course, bourdonne d’événements et l’accueil des locaux est très chaleureux... Tout cela crée un climat vraiment particulier.

À quel point ce circuit est-il complexe ?
Au Canada, l’accent est mis sur la vitesse de pointe avec des lignes droites reliées à de gros freinages. C’est l’une des pistes les plus délicates pour les freins, avec lesquels il faut être en confiance, notamment lorsque l’on veut plonger dans les virages. La chicane finale est toujours piégeuse puisqu’on peut y perdre beaucoup de temps. Comme la vitesse maximum est primordiale, cela pourrait être dur. La configuration aérodynamique à faibles appuis rend la voiture plus sensible. Les vibreurs sont importants et on doit les emprunter le mieux possible pour s’assurer un bon chrono.

Où se situent les occasions de dépassement ?
C’est difficile de dépasser ici, mais la dernière chicane représente assurément la meilleure opportunité. Il n’y a qu’à tenter, tout en évitant le « Mur des Champions » ! Les pneumatiques choisis sont parmi les gommes les plus tendres. Nous devons donc nous attendre à des stratégies agressives. Nous verrons ce que nous pouvons faire.

share