Nous avons demandé ses impressions à Séb Buemi en amont de la course.

Séb, tu es leader au championnat pilotes, tu arrives à Berlin sur deux belles victoires inscrites à Monaco et Paris. Dans quel état d’esprit es-tu ?

Je suis dans le même état d’esprit que celui de Monaco et Paris. Nous sortons de trois jours de test avec la Z.E 16 en Italie donc nous continuons de travailler du mieux qu’on peut. L’objectif pour ce weekend chargé à Berlin est le même que les précédents : se battre pour la victoire lors des deux courses. J’essaye de ne pas penser au championnat car nous ne savons pas ce qui peut arriver, notamment avec le clash en WEC (l’ePrix de New York aura lieu le même jour que les 6 heures du Nürburgring le 16 juillet). Quoiqu’il en soit, je me battrai pour inscrire de nouveaux points aux championnats pilotes et constructeurs. Nous avons montré depuis le début de la saison que nous apprenions de nos erreurs. Je pense donc que nous en sommes capable.

C’est la deuxième fois que l’on court à Tempelhof. Tu avais terminé deuxième sur ce même circuit en 2015. Quels sont les challenges de ce tracé ?

Le circuit de cette année a été modifié par rapport à celui de 2015. Il faut savoir que cette piste est différente du reste des circuits. Certes, il s’agit d’une piste avec des murs mais elle est assez large et surtout, elle est en béton contrairement aux autres circuits en asphalte. C’est ce qui en fait sa spécificité. Il y a deux ans, nous avions un peu souffert pour monter les pneus en température. La clé de ce weekend sera d’avoir une voiture performante et d’en tirer le maximum.

Quelles sont tes attentes pour ce weekend allemand ?

Les attentes sont les mêmes que celles de d’habitude. Il faut essayer d’avoir une bonne voiture dès le matin lors des essais libres. Il ne faut pas faire d’erreurs et nous allons nous battre pour la victoire. Le fait d’avoir deux courses dans le weekend est à la fois un avantage et un inconvénient. Si nous faisons une mauvaise course le samedi, nous avons la possibilité de nous améliorer dès le dimanche et de repartir sur un sentiment de mieux. Néanmoins, enchaîner une deuxième course veut dire davantage de stress et de fatigue et il est donc peut-être un peu plus facile de faire des erreurs le dimanche. C’est pourquoi nous ferons de notre mieux pour nous battre et aller chercher le maximum de points.

share