Carlos Sainz: La fête à la maison

Carlos Sainz est prêt à disputer sa course à domicile. Après la cinquième place acquise de haute lutte à Bakou, le Grand Prix d’Espagne arrive à point nommé pour confirmer cette bonne forme.

Qu’est-ce qui rend le Grand Prix d’Espagne si spécial pour vous?
C’est vraiment un Grand Prix à part pour moi au cours de la saison. Les sensations n’ont rien à voir avec les autres courses. Où que j’aille, il y a toujours des gens pour m’encourager. C’est un privilège de vivre une telle expérience. Le week-end est plus chargé que d’habitude, mais j’apprécie ces moments qui me font réaliser à quel point j’ai de la chance !

Êtes-vous impatient de voir vos fans massés dans la tribune Carlos Sainz?
C’est génial d’avoir ma propre tribune. Nous avons commencé en 2016 et cela en vaut vraiment la peine, tant mes supporters sont fidèles et reconnaissants. Nous aurons près de 4 000 personnes cette année, près du virage 5. Ce sera vraiment particulier de passer devant eux à chaque tour. Je suis impatient de leur offrir un beau spectacle.

Décrivez-nous un tour du Circuit de Barcelona-Catalunya…
Les trois secteurs sont différents les uns des autres, même si chacun comporte des courbes rapides. Avec le nouveau revêtement, ce sera encore plus intéressant. Le virage 3 est extrêmement rapide avec les voitures actuelles, en fait nous le passons à fond au moment où nous enclenchons la sixième. Le 5 est celui près duquel mes fans sont massés. Ensuite nous accélérons dans la descente vers ma portion préférée. En montée, le virage 7 est suivi d’une autre courbe droite à fond. On peut utiliser le DRS dans la ligne droite qui suit, avant d’arriver à la dernière portion. La motricité est essentielle dans ce secteur, qui ne laisse pas de place à l’erreur. Il faut couper les vibreurs autant que possible pour trouver le chemin le plus court. Enfin, il faut négocier la chicane, là aussi en exploitant les vibreurs, puis accélérer dans le dernier virage et couper la ligne de chronométrage.

Pourquoi cela fonctionne-t-il si bien pour vous en Espagne?
C’est un circuit que je connais bien depuis ma jeunesse. Nous faisons beaucoup d’essais ici, aussi bien l’hiver qu’après la course. Tous les pilotes de Formule 1 sont donc familiers avec ce tracé. J’ai couru trois Grands Prix d’Espagne depuis le début de ma carrière en Formule 1. Chacun d’entre eux a été très spécial et j’ai toujours obtenu de bons résultats. Je pense que c’est une démonstration du support que je peux recevoir. C’est un peu comme un boost supplémentaire ! Avec tous ces gens derrière moi, on ne peut que devenir plus fort ! J’espère qu’il en sera de même cette année et que je poursuivrai ma série de bons résultats à domicile.

Pouvez-vous nous recommander des choses à faire et voir à Barcelone?
Je vais évidemment vous recommander de goûter autant de spécialités culinaires traditionnelles que possible ! J’ai l’impression que je parle souvent de nourriture avant les courses ! Plus spécifiquement, Barcelone est une ville très spéciale, avec beaucoup de choses à visiter comme la Sagrada Familia ou la Casa Batlló de Gaudí. Un peu de shopping autour de la Rambla, boire un verre face la mer, on peut faire tout cela dans cette ville fantastique que j’adore.

Comment analysez-vous la course de Bakou?
C’est un très bon résultat pour l’équipe et pour moi. Nous avons bataillé pour cela. Maintenant il est temps de regarder devant et de faire tout notre possible pour accrocher un autre résultat positif en Espagne. Je travaille très dur avec l’équipe pour extraire le maximum de la Renault R.S.18 et je suis confiant dans notre capacité à y arriver, étape après étape.

Share