Derrière l’intouchable Florian Bernardi, d’autres concurrents engagés en Clio R3T Trophy France ont su s’illustrer en 2018. Focus sur Olivier Delaporte et Guillaume Jean, vainqueurs des catégories Gentlemen et Juniors.

Sortie avec les honneurs pour Olivier Delaporte

Au fil des décennies, Olivier Delaporte s’est bâti une belle réputation en Coupe de France des Rallyes. En 2018, son choix s’est porté sur le Clio R3T Trophy France pour découvrir une nouvelle génération de Clio… Lui qui avait été le premier en France à monter une Renault Clio 3 en F2000, examinée par le Docteur Vaucard du magazine Échappement !

Dès le Rallye du Touquet, le Creusotin s’illustre comme l’un des concurrents les plus rapides du plateau en signant trois scratches pour se classer deuxième derrière Florian Bernardi. Contraint à l’abandon alors qu’il jouait le podium au Lyon-Charbonnières et au Rouergue, il fait ensuite l’impasse sur le Mont-Blanc pour valider son ticket en finale de la Coupe de France. Trois semaines plus tard, il retrouve le trophée et finit troisième du Cœur de France.

Assuré de terminer meilleur Gentleman en l’absence de son principal rival au Var, Olivier Delaporte est à nouveau dans le match pour le podium avant qu’une crevaison dans la dernière spéciale ne le relègue au huitième rang.

« Cette année, l’un de mes moments forts a été ma deuxième place au Touquet », s’étonnait-il encore à l’issue de la saison. « Je ne m’attendais pas à un tel résultat aussi vite ! J’ai eu moins de réussite après avec un abandon sur une sortie de route et un autre en raison d’un problème à l’assistance, mais j’ai pu revenir dans le coup au Cœur de France et au Var. En fin de compte, j’ai juste manqué le Mont-Blanc pour marquer des points et valider ma participation pour la finale de la Coupe de France qui se déroulait près de chez moi, à Chalon-sur-Saône ! »

De quoi lui donner envie de revenir pour viser encore plus haut ?

« J’ai pris la décision de lever le pied après vingt-six années sur les spéciales », explique-t-il. « L’hiver dernier, j’avais racheté la voiture de Dorian Launay et je l’ai désormais revendue à un pilote qui vise le Clio R3T Trophy France en 2019. De mon côté, je suis en train de remonter la Clio Ragnotti de mon fils pour quelques épreuves l’année prochaine. Peut-être le verra-t-on aussi dans le Trophée à l’avenir ? Je ne m’interdis pas non plus de faire quelques piges ! Je tiens en tout cas à féliciter Renault Sport. J’ai connu tous les modèles de Clio depuis la Clio Williams et les dénominateurs communs ont toujours été la fiabilité, l’efficacité du châssis et la facilité de prise en main. Je veux également remercier du fond du cœur toute l’équipe Renault Sport présente sur les rallyes pour leur réactivité et leur sympathie qui me laisseront d’excellents souvenirs. »

La révélation Guillaume Jean

Tout comme l’expérience a porté ses fruits chez les Gentlemen, la fraîcheur a payé du côté des Juniors. Après avoir vécu ses premiers frissons sur deux roues, Guillaume Jean n’a découvert le rallye qu’en 2016 à la Sainte-Beaume... Où il mène d’entrée sa Clio à la victoire dans la catégorie N3 avant de récidiver sur d’autres épreuves.

Sans plus attendre, il décidait de poursuivre son apprentissage en s’attaquant au Clio R3T Trophy France. Tout près du podium pour ses débuts au Touquet, Guillaume Jean connaît ensuite un tonneau au Lyon-Charbonnières. Après cela, il engrange les points de la sixième position au Rouergue avant de hausser la cadence en se classant quatrième au Mont-Blanc… Malgré un tonneau lui ayant fait perdre deux minutes dès la première ES !

En l’absence de Florian Bernardi au Cœur de France, Guillaume Jean se glisse immédiatement dans le peloton de tête, prend les commandes dans la dernière étape et s’impose avec 2’’2 d’avance, l’écart le plus faible de l’histoire du trophée.

Le Rallye du Var est alors l’occasion d’assister à une véritable finale à trois entre Mathieu Walter, Thibaut Poizot et lui pour terminer meilleur Junior. Cinquième en début d’épreuve, Guillaume Jean fait la différence dans l’ES3 en se hissant à la deuxième place… Il ne la quittera plus et creusera même le trou sur ses adversaires directs !

« C’était vraiment une très belle année », résumait le Marseillais. « Je ne m’attendais pas à remporter le Cœur de France en l’absence du favori, et encore moins à finir premier Junior ou deuxième du classement général ! Ce n’était que ma deuxième saison en rallye et ma première vraie saison en Championnat de France. Il y avait beaucoup de nouveautés à assimiler, et malgré quelques déboires comme mes tonneaux au Lyon-Charbonnières et au Mont-Blanc, j’ai pris de l’expérience. Je sais toutefois qu’il me reste beaucoup de choses à apprendre. Mon but est désormais de bien me préparer cet hiver avant de repartir en Clio R3T Trophy France. L’objectif sera de gagner le général, mais j’ai conscience que cela ne sera pas facile, car d’autres concurrents partageront cette ambition. Cela promet néanmoins de belles bagarres et je me languis déjà d’y être ! »

Deuxième du classement général et meilleur Junior, Guillaume Jean s’inscrit dans la trajectoire de Florian Bernardi, auteur des mêmes résultats un an plus tôt… De quoi en faire le favori naturel pour le titre en 2019 ?

Share