Nouveau lauréat de la Formule Renault Eurocup, Max Fewtrell rejoint au palmarès de la catégorie des noms tels qu’Alain Prost, Felipe Massa, Brendon Hartley, Valtteri Bottas, Stoffel Vandoorne, Pierre Gasly, Lando Norris et Sacha Fenestraz… Dans la foulée de son titre, le Britannique s’est confié sur son parcours l’ayant mené à ce triomphe.

Né en Angleterre avant de grandir à Singapour, Max Fewtrell fait ses gammes en monoplace via le MRF Challenge, une compétition asiatique hivernale utilisant des moteurs Renault. Dans la foulée, le Britannique remporte le Championnat de Grande-Bretagne de F4.

Repéré par la Renault Sport Academy, Max est placé en Formule Renault Eurocup chez Tech 1 Racing pour la saison 2017. Très vite, il confirme sa régularité et sa pointe de vitesse puisqu’il rentre à dix-neuf reprises dans les points, ne connaît qu’un seul abandon et s’impose même au Red Bull Ring !

Décisif aux moments importants

Sacré parmi les rookies, il ne tarde pas à afficher ses ambitions : revenir en 2018 pour décrocher le « vrai » titre. Passé chez R-ace GP, Max Fewtrell fait office de favori et il le prouve dès le premier rendez-vous de l’année.

« Mon début de saison a été presque parfait », confie-t-il. « Au Castellet, je signe les deux pole positions et malgré un départ perfectible sur la première course, je finis deuxième avant de gagner le lendemain. »

Déjà en tête du classement général, le Britannique s’apprête à connaître moins de réussite…

« Monza était un week-end à oublier puisque j’ai été accroché par mes deux futurs adversaires pour le titre. J’ai rapidement rebondi avec la pole et la victoire à Silverstone, mais un problème de boîte de vitesses m’a contraint à l’abandon le lendemain. Monaco était un rendez-vous difficile et malgré les points pris, nous avions chuté à la cinquième place du championnat. »

Après deux mois de pause, Max Fewtrell reprend du bon pied avec une victoire et une deuxième place au Red Bull Ring, là où il avait connu son premier succès un an plus tôt.

« Je pensais avoir enclenché une nouvelle dynamique en Autriche, mais j’ai eu plus de mal à Spa-Francorchamps. Dès lors, nous n’avions plus qu’à prendre les courses les unes après les autres. Heureusement, nous n’avons jamais cédé à la panique. Nous avons toujours été convaincus d’être les plus rapides sur la grille. Cela nous a permis de rester calmes et de continuer de travailler dans la bonne direction. »

Fidèle à sa promesse, le Britannique devient l’homme fort de la rentrée avec six podiums consécutifs, dont trois victoires à la suite, pour reprendre les rênes du classement et aborder le rendez-vous final en position de force.

« C’était assez amusant d’être dans la position du chasseur. Nous n’avions pas toujours eu la réussite de notre côté, mais nous avons vraiment pu tout mettre en place et démontrer notre rythme avec six poles, six victoires et six meilleurs tours en course, plus que quiconque sur la saison ! »

Un avenir prometteur

Désormais titré, Max Fewtrell a pu revenir sur les éléments lui ayant permis d’atteindre son deuxième titre en seulement trois saisons de monoplace.

« L’approche de mon équipe était totalement différente de celle de l’an dernier », explique-t-il. « Ils se dépensent sans compter dans leur travail et leurs efforts dans le moindre domaine. Cette année, j’avais également des équipiers extrêmement performants et cela m’a poussé à aller chercher les derniers dixièmes de mon côté. »

« La Renault Sport Academy a également été d’une grande aide sur la piste et en dehors avec les stages de préparation, les installations d’Enstone à notre disposition ou encore le suivi dont nous profitons pour arriver dans les meilleures conditions. Avec quatre pilotes de l’Academy dans le peloton, il y avait un peu de pression. Je devais prouver que j’étais le plus rapide du plateau pour rester dans le programme. Hormis deux ou trois courses où j’aurais pu mieux faire, je pense que j’y suis parvenu même si Christian m’a poussé jusqu’au bout. Fort heureusement, je n’avais plus qu’à gérer à Barcelone et c’est pour cela que je n’ai pas insisté quand il a profité d’une erreur de ma part ! »

En voyant son dauphin chez les rookies l’an dernier jouer le titre en Championnat d’Europe FIA de F3, Max Fewtrell pourrait nourrir quelques regrets, mais il préfère couper court.

« La Formule Renault Eurocup est l’une des catégories les plus relevées et il faut souvent deux saisons pour être sacré », réplique-t-il. « Revenir était la meilleure décision qui soit. C’est un excellent moyen d’apprendre à gérer la pression et les attentes. Cela permet aussi de se construire un CV, bien plus qu’une place d’honneur ailleurs. Pour 2019, je pense que la suite logique sera le nouveau Championnat FIA de Formule 3, mais nous devons encore en parler avec la Renault Sport Academy et mes partenaires. »

Méticuleux dans sa préparation et calculateur en piste, Max Fewtrell a désormais un ultime défi cette saison : remporter le prestigieux McLaren Autosport BRDC Award. Finaliste l’an passé, il espère bien empocher le titre cette fois, comme en Formule Renault Eurocup !

Share