Renault Sport Formula One Team a connu un Grand Prix d’Azerbaïdjan difficile avec le double abandon de Jolyon Palmer et de Nico Hülkenberg sur le circuit urbain de Bakou. Victime de ratés avant de rejoindre la grille, Jolyon voyait le problème s’aggraver jusqu’à son retrait après 7 tours. Au cœur d’une course très animée, Nico se hissait au 5e rang, mais il touchait le mur et cassait sa suspension avant droite au 25e passage.

- Nico partait 13e avec des Pirelli supertendres neufs. Il chaussait un train de tendres neufs au 13e tour, sous le régime de la voiture de sécurité, avant de repasser des supertendres neufs quand l’épreuve était suspendue au 22e tour. Après la relance, il abandonnait au 25e tour. Il était 5e lorsqu’il percutait le mur au virage 7 et endommageait la suspension avant droite.
- Jolyon s’élançait depuis la 20e place avec un jeu de supertendres neufs. Il renonçait après 7 boucles en raison d’un problème technique.

Nico Hülkenberg, R.S.17-04 n°27 – Départ : 13e – Arrivée : abandon.
« C’est toujours une question d’équilibre sur les tracés urbains : s’approcher au maximum des rails, mais pas trop. Hélas, je l’ai effleuré à l’avant droit et c’était suffisant pour casser la suspension. C’est frustrant pour toute l’équipe et moi. Jusque-là, la course était assez intéressante et nous semblions être en mesure de poursuivre notre série dans les points. C’était assez difficile de gérer la température des pneumatiques sur les relances, mais je pense que tout le monde a assisté à une épreuve animée. La suite aura lieu en Autriche, espérons des jours meilleurs ! »

Jolyon Palmer, R.S.17-02 n°30 – Départ : 20e – Arrivée : abandon.
« J’ai subi un raté en rejoignant la grille. Le phénomène a empiré et la voiture devenait tellement peu maniable que nous n’avions pas d’autre choix que d’arrêter. J’avais effectué un bon envol et quelques dépassements pour être 15e. Mon début de course était donc correct. C’était l’un de ces week-ends où rien ne se passe comme prévu et je ne me souviens pas avoir réalisé aussi peu de tours sur l’ensemble d’un rendez-vous. J’espère retrouver une voiture fiable en Autriche afin de connaître un Grand Prix propre et de démontrer mon potentiel. »

Cyril Abiteboul, Directeur général :
« En un jour comme celui-ci, un double abandon est le pire qui puisse arriver à l’équipe tant sur le plan des résultats que de notre position au championnat. Nous devons comprendre et résoudre immédiatement les problèmes techniques qui ont tout simplement empêché Jolyon de participer à la course et ceux n’ayant pas permis à Nico d’être mieux placé sur la grille. Nous avons assisté à un Grand Prix très inhabituel et animé. Nous espérons que ce double abandon sera le seul de notre saison. Voir une voiture Red Bull Racing sur la plus haute marche du podium représente le seul point positif. Sur un circuit comme Bakou, ce succès est une formidable récompense des efforts consacrés aux gains de performances destinés à nos clients. »

share