Après un bon début au Grand Prix du Mexique, la réussite se détournait des pilotes Renault Sport Formula One Team. Nico Hülkenberg, qui gagnait une place au départ avant de se hisser jusqu’à la quatrième position, rencontrait un problème sur le système de récupération d’énergie et abandonnait pour raisons de sécurité. Également auteur d’un bon envol lui permettant de passer septième, Carlos Sainz effectuait un arrêt au stand au deuxième tour, après un tête-à-queue à haute vitesse. Alors qu’il était dix-septième, il devait se retirer à cause d’un problème mécanique.

• Nico débutait la course en 7e position, avec des pneus Pirelli Ultra-tendres (violets). Il passait un train neuf de Tendres (jaunes) au 19e tour avant d’abandonner au 24e tour.
• Carlos commençait la course en 8e position. Dès le 2e tour, il troquait ses Ultra-tendres pour un train neuf de Tendres. Il revenait aux Ultra-tendres au 31e tour et abandonnait au 55e tour.

Nico Hülkenberg – R.S.17-04 n°27 – Départ : 7e – Abandon
« C’était une course très frustrante aujourd’hui et je suis déçu. Tout se passait bien et un très bon résultat nous file entre les doigts. Nous avons du travail à faire sur la fiabilité, car nous perdons des points qui nous semblaient atteignables. C’est dommage, mais c’est la course automobile. »

Carlos Sainz – R.S.17-03 n°55 – Départ : 8e – Abandon
« C’était une journée difficile pour l’équipe. Nous avons fait un très bon départ, mais je n’étais pas à l’aise lors des deux premiers tours et j’avais un feeling étrange avec la voiture. J’ai fait un tête-à-queue à haute vitesse et j’ai dû m’arrêter prématurément car mes pneus avaient des ‘plats’. Même si j’avais un bon rythme par la suite, j’évoluais en queue de peloton sans espoir de rentrer dans les points. Mon abandon a été causé par un problème mécanique avec la direction. »

Cyril Abiteboul, Directeur général
« Nous avons vécu un Grand Prix du Mexique très difficile, avec plusieurs incidents au cours du week-end. En course, l’abandon de Nico et d’au moins une de nos voitures clientes nous rappelle que la fiabilité moteur n’est pas au rendez-vous ; cela a de lourdes conséquences pour nous et nos clients. Nous connaissons les contraintes de ce circuit en altitude, qui impose des compromis entre performance et fiabilité. Si la performance a été au rendez-vous avec de très bonnes qualifications des différentes voitures motorisées par Renault, force est de constater que l’équilibre entre performance et fiabilité n’était pas bon. La très belle victoire de Max Verstappen confirme le potentiel du moteur et je tiens à le féliciter pour cette très belle course. Félicitations à Lewis Hamilton qui rentre un peu plus dans l’histoire de ce sport. Pour nous il s’agit aujourd’hui de conserver notre motivation pour les deux dernières courses, et de nous concentrer sur nos objectifs. »

Share