Disputé sur le tarmac de l’ancien aéroport de Tempelhof, le ePrix de Berlin sera l’avant-dernière manche européenne de la saison 4 de Formula E. Sur ce tracé très spécifique, Sébastien Buemi et Nicolas Prost espèrent poursuivre leur série de bons résultats obtenus en Allemagne.

Ancien aéroport reconverti en un gigantesque parc très prisé des familles berlinoises, Tempelhof est désormais bien connu des équipes de Formula E. Après une première course en 2015, le ePrix avait été organisé dans le centre-ville de la capitale allemande en saison 2. L’an passé, les monoplaces avaient retrouvé le tarmac des pistes et deux courses avaient été disputées sur un tout nouveau tracé, qui sera encore légèrement modifié cette année.

Quel que soit le circuit, Berlin a toujours bien réussi à Renault e.dams. Sébastien Buemi a remporté l’unique course disputée sur le circuit d’Alexanderplatz et une des deux manches du Tempelhof l’an passé. Quant à Nicolas Prost, il a toujours terminé dans les points en Allemagne, avec une quatrième place en saison 2 pour meilleur résultat.

Cette saison, Seb occupe la quatrième place du classement Pilotes, avec 70 points. Déjà trois fois sur le podium (Marrakech, Santiago du Chili et Mexico City), le Suisse ne vise rien d’autre que la victoire avant d’aborder ‘sa’ manche à domicile : le ePrix de Zurich (10 juin). Dix-huitième du classement général, Nico connaît une saison plus difficile, mais sa combativité reste intacte pour viser un retour au premier plan.

Entouré par les gigantesques hangars aéroportuaires formant un arc de cercle de 1,2 km de long, le tracé du ePrix de Berlin est plutôt rapide, avec une vitesse moyenne comprise entre 120 et 130 km/h. Le circuit tourne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre et sa principale spécificité provient de son revêtement, constitué de plaques de béton strié. Contrairement à la plupart des ePrix qui débutent à 16h00, le départ de cette neuvième manche de la saison sera donné à 18h00.

Sébastien Buemi : « Nous avions remporté la seconde course l’an passé, nous savons donc que nous aurons de bons réglages pour commencer la journée sur cette piste. Les pneumatiques souffrent énormément sur les plaques de béton et c’est la principale difficulté de ce circuit. Nous allons donner notre meilleur pour obtenir de bons résultats et remonter dans les classements. »

Nicolas Prost : « Toutes les pistes ont leurs spécificités, mais celle-ci est particulièrement singulière. Les plaques de béton étant striées, elles ont tendance à déchirer les pneus. C’est un traitement violent pour la gomme, surtout à l’arrière. Nous avons fait de bonnes choses en Allemagne ces dernières années et j’espère qu’il en sera de même cette saison. Nous ne baissons pas les bras et nous continuons à travailler dur. »

Le Groupe Renault en Allemagne
Renault est présent sur le marché automobile allemand depuis 1907, soit 111 ans. C’est d’ailleurs à Berlin, sur la célèbre Gendarmenmarkt (« Place du Marché des Gendarmes ») que Louis Renault établissait la première filiale de sa marque à l’étranger. Aujourd’hui, Groupe Renault est l’importateur n°1 en Allemagne, avec une part de marché de 5,9%. La gamme Z.E. propose les modèles TWIZY, ZOE et KANGOO Z.E. En 2017, ZOE a été le véhicule électrique le plus vendu outre-Rhin, avec près de 15 000 immatriculations depuis son lancement en 2013.

Chiffres-clés

2,375 km : Longueur du circuit
10 : Nombre de virages
45 : Nombre de tours
106,875 km : distance totale à parcourir
77 : Renault e.dams arrive à Berlin avec 77 points au championnat Équipes
6 : Renault e.dams occupe la sixième position au championnat

Share