Nick Chester : Retour à la maison

L’équipe est revenue bredouille des collines autrichiennes, mais notre directeur technique châssis Nick Chester indique qu’elle est déterminée à réagir dès Silverstone, sa deuxième course « à domicile » de la saison.

Que faut-il pour réussir à Silverstone ?
Nous ne nous attendons pas à trop de surprises à Silverstone à l’exception du nouveau tarmac à découvrir. Ce circuit requiert une bonne adhérence du train avant pour les virages rapides et l’on ne peut pas mettre trop d’appuis en raison des longues lignes droites. Les réglages sont toujours un défi à Silverstone. Les pilotes aiment y courir car c’est circuit varié et complet. Le premier secteur mêle trois courbes rapides suivies d’épingles lentes avant la ligne droite de Wellington. À partir de là, le tracé est majoritairement à pleine vitesse, notamment dans l’enchaînement Maggotts, Becketts et Chapel, particulièrement rapide de nos jours.

Quid du nouveau revêtement à Silverstone ?
Silverstone est un circuit intéressant dont le tracé et la piste ont changé ces dernières années. Il a été récemment resurfacé et nous ne sommes pas totalement sûrs de savoir à quoi nous attendre avant la première séance d’essais libres vendredi. Notre manière de régler la voiture sera influencée si elle est lisse ou non. En théorie, elle devrait l’être et nous verrons comment elle évoluera au fil du week-end. Elle devrait s’améliorer session après session, ce qui aura une influence considérable sur l’exploitation des pneus.

Qu’est-ce que cela fait d’évoluer à domicile ?
C’est toujours agréable de courir sur ses terres. Il y a quelques semaines, l’équipe de Viry a apprécié le Grand Prix de France et c’est maintenant au tour d’Enstone d’en profiter. Nous visons un bon résultat partout où nous allons, mais c’est d’autant plus positif de réussir en France ou en Grande-Bretagne.

Share