Nick Chester: Sous les radars

Après sa troisième double entrée dans les points cette saison à Monaco, l’équipe a rapidement porté son attention sur Montréal. Un tracé qui met l’accent sur la puissance, l’équilibre des appuis et les gros freinages, comme l’explique notre directeur technique châssis, Nick Chester.

À quoi pouvons-nous nous attendre au Canada ?
Comme cette piste n’est pas très utilisée, sa surface est assez sale quand nous commençons à y rouler. C’est vraiment un circuit de « traction » avec des virages lents débouchant sur de longues lignes droites. Au Canada, la puissance et la traction sont primordiales. Il faut moins d’appuis pour préserver une bonne vitesse de pointe. Cela complexifie la recherche du juste équilibre aérodynamique, mais nous savons assez bien en déterminer le niveau avant d’arriver sur place. Les passages sur les vibreurs sont également importants, mais nous devons optimiser la hauteur de caisse pour l’aérodynamique. Nous devons donc trouver le compromis pour être performants sur l’aérodynamique et avaler les vibreurs.

Est-ce difficile de gérer une course outre-Atlantique en pleine saison européenne ?
La logistique est un peu plus complexe pour le Canada. Tout doit être prêt plus tôt et expédié par fret. Ce sera encore plus dur après avec trois week-ends consécutifs de compétition. Un véritable défi et beaucoup de travail !

Y aura-t-il des nouveautés sur la Renault R.S.18 à Montréal ?
La spécification B du moteur va faire son apparition. Nous avons hâte de disposer de son surplus de performance. Nous aurons aussi des évolutions sur la carrosserie avec de nouvelles dérives latérales pour l’aileron arrière, ainsi que de petits changements sur l’aileron avant. Nous tentons d’en apporter sur chaque Grand Prix.

Quel bilan tirons-nous de Monaco ?
C’était bon dans l’ensemble avec les deux voitures dans le top dix. Nico est bien revenu en exploitant sa stratégie. Carlos a souffert d’une forte dégradation des pneus à l’avant et il a dû se contenter de la dixième place. Il était important que nous continuions à prendre des points, et c’est ce que nous avons fait.

Share