Nick Chester : Texas Hold’em

La saison 2018 touche bientôt à sa fin et la prochaine étape du calendrier mène les concurrents à Austin. Nick Chester, directeur technique châssis, nous dévoile les secrets pour être performant sur le Circuit des Amériques alors que la partie de poker au cœur du peloton se poursuit.

Quels sont les principaux défis du Circuit des Amériques ?
C’est une piste intéressante avec des dénivelés et des secteurs variés. La montée qui débouche sur le premier virage est impressionnante. C’est une véritable rampe propice aux freinages tardifs. Après cela, le premier secteur est très rapide et requiert de vifs changements de direction, à l’image des « S » de Suzuka. Le tronçon intermédiaire offre une ligne droite assez longue et des courbes à vitesse moyenne tandis que le final propose deux virages plus lents.

De quoi a-t-on besoin pour y être performants ?
Il faut une bonne efficacité aérodynamique, de bons appuis et peu de traînée, de la puissance et une monoplace prévisible et stable sur le plan des réglages. Sur ce dernier point, il n’y a rien de particulier à signaler, si ce n’est la grande variété de virages à affronter. Le troisième secteur devrait nous convenir et nous tenterons d’extraire le maximum de la voiture dans le premier secteur, plus rapide.
 
Le serons-nous à Austin ?
Nos deux pilotes aiment le circuit, en particulier Carlos, qui y semble de toute évidence à l’aise. L’an passé, il avait été impressionnant pour ses débuts avec Renault. Le tracé pourrait jouer en faveur de notre ensemble, mais les écarts sont tellement faibles en milieu de tableau que nous devrons exploiter tout notre potentiel samedi et dimanche. Seuls trois dixièmes de seconde pourraient séparer le septième du douzième sur la grille. C’est extrêmement serré. Nous devrons donc faire tout ce qui est en notre pouvoir pour sortir en tête de ce groupe.

Qu’avons-nous appris au Japon ?
Carlos a réalisé une excellente prestation en remontant du treizième au dixième rang sur un circuit où il est difficile de dépasser. Nous avons affiché un rythme de course compétitif après avoir souffert en qualifications.

Avec quatre courses au programme et cette bataille intense pour la quatrième place, l’équipe tentera-t-elle quelque chose de différent pour garder l’ascendant ?
Le peloton est extrêmement compact, mais cela n’impacte en rien notre préparation ou notre activité en piste puisque nous comptons marquer des points sur chaque week-end de course. Bien sûr, il y a beaucoup d’enjeux, mais il s’agit surtout de mettre l’accent sur l’exploitation optimale de la voiture. La partie ne fait que commencer !

Share