Nico Hülkenberg : Balayer la poussière

À Singapour, un problème technique sur le moteur a empêché Nico Hülkenberg d’égaler le meilleur résultat de sa carrière. L’Allemand est toutefois déterminé à passer un grand coup de balai tout en se préparant à la chaleur et à l’humidité de la Malaisie.

Que pensez-vous de la Malaisie ?
C’est l’une des manches les plus chaudes de l’année. Nous sommes mis à l’épreuve et repoussés dans nos limites. Nous devons boire beaucoup tant nous perdons de fluide en course. C’est une piste compliquée avec ses nombreuses courbes et enchaînements rapides. J’aime m’y rendre, la météo est toujours différente de celle que l’on retrouve en Europe. Il faut un peu de temps pour s’y faire, mais on peut voir la forêt tropicale depuis notre hublot et c’est cool ! Enfin, le rythme est essentiel à Sepang et les sensations sont au rendez-vous quand tout va bien.

Qu’en est-il au niveau du pilotage ?
C’est assez difficile de bien négocier le premier virage qui est interminable. On doit atteindre et conserver un bon rythme. Le dernier secteur est légèrement plus lent et un peu plus technique avec de longues courbes. Cette année, certaines seront très, très rapides avec les nouvelles voitures. Trouver l’équilibre est toujours compliqué et la dégradation des pneus y est d’habitude assez élevée. On doit aussi pouvoir rapidement sauter sur l’accélérateur sur la ligne droite opposée et celle des stands.

Quel bilan tirez-vous de Singapour ?
Le dimanche n’était pas facile à digérer et cela m’a déçu. Nous avons manqué un beau résultat en raison d’un manque de fiabilité. Le sport automobile est parfois ainsi, cela arrive… C’est dommage d’avoir perdu notre quatrième place, surtout après tout le travail accompli par l’ensemble de l’équipe. Cela nous aurait offert un bon nombre de points ! La voiture semble rapide et nous devons tirer profit des aspects positifs tout en les développant dès maintenant en Malaisie.

Retour en haut