Nico Hülkenberg : Le besoin de vitesse

Le Grand Prix d’Autriche compliqué de Nico Hülkenberg rend l’Allemand encore plus déterminé à glaner des points sur les enchaînements rapides de Silverstone.

Que dire de Silverstone ?
C’est un circuit très rapide regorgeant de combinaisons à l’ancienne comme Maggots, Becketts et Chapel, des virages géniaux. On y retrouve de nombreuses courbes où l’on sent vraiment la puissance d’une F1. Il faut vraiment préparer son cou pour les forces G et il est capital d’y arriver fin prêt. Nous y ressentirons véritablement le surplus d’appuis des monoplaces cette saison. Un bon équilibre à grande vitesse est également nécessaire pour maximiser nos performances. C’est un tour difficile, mais bourré de plaisir.

Quid de l’ambiance britannique ?
Silverstone fait partie des épreuves historiques du calendrier. On y palpe en quelque sorte les origines de notre discipline. L’atmosphère est électrique. Cela me donne toujours un coup de pouce supplémentaire, d’autant plus que mon bureau en F1 s’est longtemps trouvé tout près des portes d’entrée. Piloter devant des milliers de fans procure des sensations uniques. Il s’agit de l’un de ces rendez-vous spéciaux où toutes les tribunes sont garnies sur le week-end entier. L’ambiance est très détendue, cela vaut le détour pour constater à quel point ce public aime notre sport. Pour nous, ce sera également un week-end bien rempli avec beaucoup d’invités et de partenaires présents pour souligner les célébrations du 40e anniversaire.

Comment résumez-vous l’Autriche ?
Le dimanche n’était pas bon, mais le samedi était plus positif. La onzième place sur la grille était probablement la meilleure position que nous puissions obtenir. En course, l’anti-calage s’est déclenché au départ et nous avons rétrogradé au classement. Nous devons étudier pourquoi et veiller à ce que cela ne se reproduise plus. J’étais presque dernier au premier virage. Après cela, c’était dur. J’étais en difficulté avec les Supertendres, je ne regagnais pas de terrain. Nous avons donc passé les Tendres pour tenter quelque chose de différent. J’ai alors perdu beaucoup de temps entre les leaders et les drapeaux bleus. C’était difficile, mais nous allons analyser cela, nous ressaisir et repartir de l’avant dans quelques jours.

Retour en haut