Depuis 2005, Nicolas Bezille a effectué l’équivalent de dix tours du monde en s’installant au volant de deux Clio II R.S. et de deux Mégane II R.S.. Aujourd’hui, l’homme compte 386 000 kilomètres en Renault Sport. Voici la première de nos rencontres avec les figures incontournables de notre communauté !

Il est de belles histoires qui commencent par un coup de pouce du destin, comme celle de Nicolas au moment de débuter son aventure Renault Sport.

« Fin 2005, il y avait une occasion assez intéressante près de chez moi », se remémore-t-il. « C’était une Clio II R.S. de 172 chevaux. Cela s’est donc fait un peu par hasard. Mon travail de l’époque était synonyme de nombreux déplacements et je changeais assez régulièrement de voiture. Voilà pourquoi je l’ai revendue pour prendre une deuxième Clio II R.S. 182 ch au châssis sport, dont je me suis séparé après 2007 pour me tourner sur une Mégane R.S. R26, puis une deuxième depuis septembre 2009. »

Au jeu de la comparaison entre Clio et Mégane, Nicolas se refuse de trancher : « Ce sont deux philosophies différentes », explique-t-il. « Mon coup de cœur reste ma première Clio R.S., ma première sportive ! C’était un véritable jouet, doté d’un côté rageur avec son moteur atmosphérique. Néanmoins, j’ai vécu plus de choses avec ma Mégane II R.S.. Son turbo s’avère plus polyvalent pour un usage quotidien. Aujourd’hui, c’est ma seule voiture. Je la connais sur le bout des doigts et je m’en sers pour tout ! À une époque, je faisais beaucoup de circuits pour me mesurer – entre guillemets – à d’autres modèles de sport ou accompagner des amis à des Journées Passion Renault Sport et des Renault Sport Track Days. C’était impressionnant de pouvoir piloter sans changer quoi que ce soit dessus ! »

Nicolas ne tarit d’ailleurs pas d’éloges sur un modèle qui l’a amené à sillonner les routes d’Europe : « C’est une voiture à vivre ! », s’exclame-t-il. « Ce serait dur de citer une anecdote en particulier, mais les gens se retournent toujours sur une Mégane II R.S.. Peut-être que cela est dû à sa couleur Bleu Monaco, il n’en existe que vingt exemplaires ! Aujourd’hui, je pars régulièrement en road-trip. Elle m’a mené en Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Croatie, Slovénie, Autriche, République Tchèque et en Italie, entre autres, sans le moindre problème. Elle m’a aussi permis de rencontrer beaucoup de passionnés à travers le forum qui existait à l’époque et j’ai toujours apprécié cette notion du partage au sein de la communauté. »

Après avoir cumulé 30 000 kilomètres sur chacune de ses Clio, puis 40 000 sur sa première Mégane, Nicolas est désormais l’heureux propriétaire d’une Mégane R.S. possédant un kilométrage d’anthologie : « Quand je l’ai eu, elle n’avait que 9 000 kilomètres au compteur », détaille-t-il. « Aujourd’hui, j’ai dépassé récemment les 309 000 et j’ai toujours le moteur et la boîte d’origine. C’est encore plus impressionnant lorsqu’on se rappelle que j’arpentais les circuits à une époque ! J’apprécie les sportives dans leur globalité, et elle offre vraiment le meilleur compromis sur le plan de la qualité, des performances et des coûts d’entretien. C’est difficile de trouver mieux sur le marché, et même si je garde ma Mégane II, je sais que cela vaut également pour les autres générations. »

Au moment où Nouvelle Mégane R.S. fait son apparition, ce passionné confie ses premières impressions favorables : « Je n’ai pas encore eu l’occasion de l’essayer », évoque-t-il. « Je l’ai découverte dans le rôle du passager, et même s’il faut que je me fasse mon propre avis, je pense que c’est aussi un très bon compromis. En tout cas, c’est vraiment une belle voiture dont j’aime beaucoup le design. »

Le #RSspirit, c’est peut-être finalement Nicolas qui le résume le mieux pour conclure : « Passion, sportivité, communauté, partage et surtout un bel état d’esprit ! »

Share