Renault 40 CV (1926)

Durant l’entre-guerre, toute marque ambitieuse se doit de participer à une véritable course aux records. En France, le théâtre de cette lutte est l’anneau de Linas-Montlhéry et c’est sur ce même circuit francilien que Renault réalise sa première campagne en 1925.

Dans sa quête vers la performance, Renault s’appuie sur le fleuron de sa gamme, la 40 CV et son énorme bloc de plus de 9 000 cm3 ! Après l’avoir dessinée, Plessier et Gartfield s’installent au volant et décrochent le record du tour à 178,475 km/h de moyenne, puis les 24 heures à 141,03 km/h... Une différence notable due aux nombreux ravitaillements et changements de pneus.

La concurrence ne tarde pas à répondre, mais Renault réagit tout aussi rapidement.

Au fil des semaines, la Renault 40 CV s’affine et devient même la première Renault à recevoir une calandre ouverte ! Avec sa carrosserie monoplace et un radiateur ramené derrière le moteur, la nouvelle voiture s’avère capable de rouler jusqu’à près de 200 km/h. Un travail de préparation particulier a été mené autour des arrêts, qui passent sous la barre de la minute.

Le résultat est sans équivoque. Dès février 1926, la Renault 40 CV s’empare de plusieurs records. Elle récidive sur d’autres distances avant la consécration les 9 et 10 juillet. Gartfield, Plessier et Guillon se relaient au volant et établissent une moyenne de 173,649 km/h sur 24 heures, tout en faisant éclater l’ensemble des records de 500 à 4000 km, ainsi que ceux des 1000 et 2000 miles.

Une prestation qui a fait sensation à l’époque !