Renault Maxi 5 Turbo (1985)

Face à l’hégémonie des quatre roues motrices, Renault se lance le défi d’adapter le potentiel du moteur turbocompressé dans sa gamme de voitures de série, mais aussi avec sa 
Renault 5 Turbo qui s’est déjà bâtie un solide palmarès en compétition.

Renault en veut toutefois plus. Pour contrer un règlement défavorable envers le Groupe B, Renault Sport décide de changer de classe de cylindrée et produit une ultime version de sa R5 Turbo en vingt exemplaires seulement : la Renault Maxi 5 Turbo.

Cette évolution fait l’objet d’un soin particulier apporté dans tous les domaines : coque en acier, pavillon en aluminium, caisse rigidifiée et carrosserie étudiées en soufflerie, disques ventilés en fonte, jantes monobloc magnésium, piliers d’aileron servant de conduites d’air d’admission... Le moteur n’est pas en reste puisque le bloc de 1527 cm3 est poussé à 
350 chevaux grâce à son turbocompresseur agrémenté d’un système à dépression issu de la Formule 1. De quoi offrir un rapport poids-puissance exceptionnel avec son poids abaissé à 905 kg !

Très vite, la Renault Maxi 5 Turbo devient « la » référence absolue des deux roues motrices sur asphalte, en particulier aux mains expertes de Jean Ragnotti, vainqueur entre autres du Tour de Corse à son volant en 1985. Malgré l’arrêt du Groupe B fin 1986, les performances offertes par cette série spéciale lui offriront de nombreux succès dans le Groupe F lancé dans l’Hexagone pendant près de vingt ans.

Une longévité incroyable popularisant encore plus le culte de la 5 !