Comment le Renault Sport Team Vitality est devenu champion du monde de Rocket League

Quelques 67 000 fans étaient connectés en direct sur Twitch quand l’équipe Renault Sport Team Vitality a décroché le titre de champion du monde de la Rocket League Saison 7 à la fin du mois de juin, avec une victoire de 4-1 sur G2 Esports, lors de la Grande Finale au Prudential Center du New Jersey, à Newark.

Une saison historique pour l’équipe, composée de Victor ‘Fairy Peak’ Locquet, Alexandre ‘Kaydop’ Courant et Kyle ‘Scrub Killa’ Robertson, un trio qui s’était déjà imposé en tant qu’équipe européenne à battre lors de la European Rocket League Championship Series (RLCS) au début de l’année.

Pour célébrer leur victoire et rendre hommage aux trois stars de l’équipe, voici un déroulé de leur saison les amenant à cet incroyable championnat du monde #VforVictory…

Un démarrage choc - janvier 2019
En janvier, le départ en retraite de Philip Paschmeyer, capitaine de longue date du Renault Sport Team Vitality, a créé un séisme durant la saison de Rocket League. Beaucoup y ont vu un coup dur pour l’avenir 2019 de l’équipe, mais l’arrivée d’Alexandre ‘Kaydop’ Courant pendant la saison 3, a rapidement mis fin aux inquiétudes. Kaydop, déjà vainqueur à l’époque de quatre championnats européens et de deux championnats du monde, était largement reconnu comme l’un des meilleurs joueurs au monde. Non seulement son arrivée a-t-elle renforcé le Renault Sport Team Vitality, mais elle a aussi porté un coup à l’optimisme de Dignitas, son plus grand adversaire européen.

Si proche du but, à Leipzig - février 2019
Le trio s’est affiché pour la première fois à la DreamHack Leipzig 2019, la première de quatre étapes du DreamHack Pro Circuit. L’équipe s’est battue férocement pendant les deux premiers jours du tournoi pour rester en lice lors du quart de final le troisième jour. Une victoire 3-2 sur FlipSid3 Tactics aux quarts de final a vu le Renault Sport Team Vitality se confronter aux américains NRG Esports en demi-finale, où une victoire de 4-2 l’a vu progresser jusqu’à la finale. Là, Kaydop s’est mesuré à son ancienne équipe lors d’un match corsé, mais il n’a pas pu empêcher le Renault Sport Team Vitality de perdre 4-2, bien que l’équipe ait mené 2-1 après trois jeux. Malgré la défaite, l’équipe promettait pour la saison à venir.

La saison européenne - avril/mai 2019
La saison du Renault Sport Team Vitality a réellement pris son envol en avril, avec des week-ends d’action non-stop dès le départ de la European RLCS. Démarrant au quart de tour, l’équipe écrase PSG Esports 3-1 dès la première rencontre de la première semaine, et enregistre deux superbes 3-0 contre leurs adversaires majeurs FC Barcelona et Dignitas en deuxième semaine. Au summum de leur forme toute la saison, ils n’ont subi qu’une seule défaite choc, un revers de 1-3 face à l’équipe Triple Trouble, laissant chacun leur empreinte : Scrub Killa et Kaydop ont chacun marqué une moyenne d’un but par jeu, alors que le spécialiste de la défense Fairy Peak a contré 2,54 attaques par jeu, la plus haute moyenne des compétitions américaines et européennes.

Champions d’Europe depuis cinq ans - mai 2019
Le Renault Sport Team Vitality a poussé sa super saison jusqu’aux finales européennes. Forte d’une place aux championnats du monde déjà en poche grâce à son positionnement durant la saison, l’équipe a remporté une victoire difficile de 4-3 contre PSG Esports en demi-finale. Ils ont ensuite décimé leur ennemi juré, Barcelona avec un 4-2 lors de la finale européenne du 12 mai, devenant ainsi champions pour la cinquième saison consécutive. Pour couronner le tout, Kaydop a confirmé être un bon choix en remportant le prix du meilleur joueur du tournoi, ajoutant ainsi un cinquième titre européen à son palmarès.

Déception à Dallas - mai/juin 2019
Fin mai/début juin, l’équipe a trébuché pour la première fois de leur année jusque-là sans faute. Le Renault Sport Team Vitality était en première position pour la deuxième étape du DreamHack Pro Circuit à Dallas, mais n’a pas été à la hauteur de la tâche, terminant en 10ème position après de virulentes défaites contre les modestes Mousesports au Complexity Gaming, ainsi qu’une défaite majeure contre NRG, un rival important pour le titre de champion du monde.

Le championnat du monde - juin 2019

Premier jour
La défaite à Dallas n’a pas semblé avoir trop d’effet sur l’équipe au démarrage de la finale du World RLCS, mais le nombre de fans présent les a certainement agréablement surpris. « L’énergie dans l’arène est démente. Les fans sont tellement dévoués, ils voyagent du monde entier juste pour soutenir l’équipe Renault Sport Team Vitality » déclarait Scrub Killa alors que l’équipe enregistrait une victoire à l’ouverture de 3-1 sur Ground Zero Gaming. Le manager de l’équipe, Mike ‘Gregan’ Ellis, se déclarait heureux de leur performance : « La première manche est passée, avec une victoire et aussi un gain d’expérience essentiel pour une si grande plateforme. »

Jour 2
Le deuxième jour du championnat voyait le Renault Sport Team Vitality affronté G2 Esports. « Jouer contre une équipe américaine sera plus difficile, évidemment, parce que la foule sera de leur côté » avertissait Kaydop. Et il a eu raison : le Renault Sport Team Vitality a souffert d’une défaite 1-3, progressant vers les quarts de final de la troisième journée grâce aux résultats des autres équipes.

Jour 3
La dernière journée du tournoi a démarré sur un autre ton. Motivé par la défaite de la veille, Kaydop s’est réveillé plein d’énergie. « Il a sauté du lit en faisant de la boxe et en disant ‘On y va ! On casse tout aujourd’hui ! » révélait Fairy Peak plus tard. La légende a eu raison une fois de plus, avec une victoire en quart de finale 3-1 contre NRG, puis une demi-finale contre Cloud 9 que le Renault Sport Team Vitality a remporté 4-0 pour accéder à la finale mondiale.

La finale
Fort de son élan, le Renault Sport Team Vitality fut imbattable lors de la grande finale, malgré un départ 2-0 dans les premiers temps de jeu. Les scores se sont vite égalisés à 2-2, et la victoire a été assurée à la dernière seconde par un but de Scrub Killa. Cette ouverture a propulsé l’équipe vers une victoire 4-1 pour leur premier titre mondial, tandis que Scrub Killa bouclait sa deuxième saison pro en tant que meilleur joueur du tournoi, signant une nouvelle page monumentale de l’histoire de Renault Sport.

#VforVictory assuré.

Share